Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LAUSANNE/Le vide muséal selon Annaïk Lou Pitteloud

Crédits: Musée cantonal des beaux arts, Lausanne

La chose se passe entre deux portes, comme certaines galipettes. Annaïk Lou Pitteloud n'a cependant rien d'une rigolote. «The Piece Outside», qui vient de recevoir le Prix Manor Vaud 2016, ne peut passer la rampe qu'en gardant son sérieux. Imaginez-vous que l'artiste a décidé de laisser la salle que lui confiait le Musée cantonal des beaux-arts de Lausanne vide. Un vide signifiant, bien sûr. Une prétention artistique exige toujours un peu de mise en scène intellectuelle. Il s'agit d'ailleurs d'«un geste». 

Il y a donc quelque chose. Oh, quelque chose d’imperceptible. Si vous levez la tête, vous verrez que deux carreaux de la verrière zénithale pendent, révélant ainsi la structure apposée sur le toit. «La pièce renvoie, tout en la déjouant, à la longue histoire de la fenêtre dans l'art occidental», explique pompeusement la brochure d'accompagnement. Le tout en basse température. L'artiste a en effet demandé à ce que le musée ne soit pas chauffé entre les deux portes. Choisissez donc bien votre jour de visite, tout en vous félicitant qu'il n'y ait pas en Suisse de vagues de froid comme en Chine ou aux Etats-Unis. Je dois encore vous dire une chose. Le frimas «annule la fonction du musée», où une température constante se voit requise. On sait qu'il n'en va pas ainsi au Musée d'art et d'histoire de Genève, d'où le besoin de certains travaux.

Une bonne avocate 

Cette expérimentation tient pour moi du foutage de gueule. Mais il existe des gens pour penser le contraire. Un livre a ainsi été publié sur la chose. Il comporte un texte de Madeleine Amsler, pour la pensée de laquelle j'ai du respect. Celui-ci se mue ici en admiration. La commissaire s'est tirée d'affaire avec virtuosité, en donnant un texte qui se tient sur quelque chose ne se tenant pas. Si vous avez besoin d'une bonne avocate, vous avez ici la personne toute trouvée. Nos ténors du barreau genevois ne feraient pas mieux. 

Un dernier mot. Annaïk Lou Pitteloud a aujourd'hui le vent en poupe. La Vaudoise ne cesse d'exposer. Elle fait partie du réseau mystérieux des gens passant d'une Kunsthalle à la suivante. Pourquoi eux, et pas les autres? Allez savoir! En ce moment, Annaïk Lou occupe ainsi le Kunstmuseum de Saint-Gall. Elle y restera jusqu'au 30 mars. 

Ce texte accompagne celui sur «Accrochage, (Vaud 2016)».

Photo: L’œuvre d'Annaïk Lou Pitteloud. Vous avez bien sûr le droit de trouver cela génial.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."