Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LAUSANNE/Le musée s'enrichit. Entretien avec Bernard Fibicher, suite

Crédits: Musée cantonal des beaux-arts, Lausanne

«Un musée qui n'agrandit pas ses collections est un musée qui meurt», dit l'adage. Qu'en est-il de Lausanne, dont le fonds reste finalement modeste? Petit tour d'horizon avec Bernard Fibicher. La suite de l'entretien avec le directeur du Musée cantonal (mcb-a) de Lausanne. 

A propos de collections, Bernard Fibicher, un nouveau musée joue ordinairement un rôle d'aspirateur.
C'est le cas pour nous depuis plusieurs années. Mais l'accroissement suit un lent travail de prospection. Le grand problème des musées, c'est qu'ils changent trop souvent de direction. Il faut le temps d'établir des relations de confiance. Ce n'est pas en imposant à des collectionneurs de nouvelles têtes sans arrêt qu'on y parviendra. Il faut savoir soigner les amateurs que l'on rencontre. Et parfois le miracle se produit. Je suis allé voir en 2012 un monsieur désirant rester anonyme. C'était pour un prêt. Il m'a demandé à brûle-pourpoint: «Est-ce que mon grand Paul Klee vous intéresse?» Il s'agissait d'une pièce maîtresse de l'artiste. Ben oui! Il m'a dit: «Il est à vous, la Fondation Klee en possède déjà assez.» Idem pour un bronze unique de Rodin. 

On dit que la Fondation Balthus finira aussi chez vous, après avoir été à Vevey.
Oui et non. La fondation s'est en fait dissoute. Ce qu'elle possédait en propre sera déposé chez nous. 

Vous disposez aussi, contrairement aux musées genevois, d'un budget pour vos acquisitions.
Il n'est pas très important, mais il existe. Nous devons tenir compte de la folie du marché. Il faut heureusement constater que ce qui ne vaut pas des fortunes coûte bon marché. Regardez certains tableaux hollandais! Nous visons à compléter nos collections, en allant dans leur sens. L'année dernière, nous avons acquis «Les colosses de Memnon» de Gérôme. Gérôme a été l'élève de Gleyre, qui a lui même beaucoup peint l'Egypte. Le 22 juin dernier, nous avons obtenu chez Beurret & Bailly, à Bâle, un magnifique paysage symboliste de Hans Sandreuter, avec son cadre dessiné par l'artiste. Il a fait à 62 232 francs, le quadruple de son estimation haute, mais il s'intègre parfaitement entre Biéler et Vallotton. Il s'agit en plus d'une grande toile, et le pôle muséal, qui s'appelle maintenant Plateforme10, a besoin de pièces plutôt vastes. 

Avant la votation Bellerive, on disait que le musée pouvait compter un jour sur les collections d'Alice Pauli, de Suzanne Dubois et de Jean Planque. Où en êtes-vous avec ces donateurs et déposants?
C'est vous et non pas moi qui avancez ces noms! Je dirai que Planque est planqué à Aix pour un certain nombre d'années. Après... Les deux autres collections nous restent assurées. Importantes sur le plan numérique, elles se révèlent en plus capitales pour nous. La seconde partie du XXe siècle reste très mal représentée dans le fonds lausannois. Il s'agira de mettre en valeur ces fonds après les avoir explorés de manière scientifique. Inventaire. Gestion. Stockage. A nous de nous montrer à la hauteur. C'est génial, un tel apport, mais il faut aussi assumer un tel enrichissement. 

Etes-vous encore là pour longtemps?
Je suis né en 1957. J'aurai 62 ans lors de l'ouverture. La retraite est à 65 ans. Il y a peu de prolongation possible dans le canton de Vaud. Onze mois au maximum, et dans une circonstance exceptionnelle. 

Pourquoi onze mois et non pas un an?
Ce n'est pas à moi qu'il faut le demander. 

Photo (Musée cantonal des beaux-arts): Le paysage d'Hans Sandreuter récemment acquis à Bâle. «Il porte la date très symbolique de 1900.»

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."