Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

LAUSANNE/Le Musée cantonal des beaux-arts se montre en préfiguration

Crédits: Claudia Comte

C'est parti il y a quelques mois déjà à côté de la gare de Lausanne, même si la pose de la première pierre reste prévue pour octobre 2016. Devenu depuis la fin mai Plateforme10, avec ce que cela suppose de logos et de graphismes (assez moches à mon avis), le pôle muséal se présente par ailleurs depuis quelques jours au Palais de Rumine. Les ruminants qui méditent l'avenir du Musée cantonal des beaux-arts (mcb-a, si vous préférez) proposent leurs réflexions dans trois salles. Une d'information. Une pour les enfants, qui constituent le public de demain. Une enfin en préfiguration. On se souvient que le Musée des beaux-arts de Lyon, lors de son interminable réfection des années 1990, avait déjà procédé de la sorte. 

La salle d'information, qui comporte un café, a été confiée à la Lausannoise de Berlin Claudia Comte, 33 ans. Les murs sont ornés de zigzag colorés risquant de vous conduire prochainement chez l'oculiste. Il paraît que c'est «électrique, immersif et fascinant». Quant aux sièges striés à la scie, inspirés par Gerriet Ritveld, ils ont davantage été conçus pour le regard que pour des postérieurs. Le lieu laisse la place à la maquette du bâtiment conçus par les Catalans de l'Estudio Barozzi/Veiga et à une grande table. C'est là que le visiteur peut voir des vidéos explicatives et un beau calendrier. Il part du choix du site à l'été 209 pour se terminer par une ouverture du macb-a en automne 2019 et un Elysée-Mudac pour 2020. Ici, on ne lambine pas. Il n'existe pas d'équivalent local au mot «Genferei» .

Thomas Huber pour commencer 

Pensée comme une suite de cabanes, la salle destinée aux enfants ménage donc un lointain avenir. Elle se révèle plus reposante pour les yeux, avec un joli décor. Celle en préfiguration se verra régulièrement renouvelée avec des œuvres des collections. Des collections numériquement peu nombreuses, je vous le rappelle. Le numéro 10.000 de l'inventaire a été atteint fin 2015. Voilà qui change des 600.000 ou 750.000 items, on ne sait plus trop, des Musée d'art et d'histoire genevois. La présentation variera les effets de couleurs et de lumières au fil du temps. Plateforme 10 ne montrera pas de la même manière l'art classique et la création moderne. 

Pour l'instant (mais l'ouverture, en 2019, devrait avoir un effet aspirateur), le fonds tourne autour de quelques vedettes: Ducros (avec encore une entrée récente, si j'en crois la rumeur), Gleyre, Vallotton, Steinlen et Soutter. L'équipe dirigée par Bernard Fibicher a choisi pour débuter Thomas Huber, ce qui change. Toute la salle se voit vouée au Zurichois, aujourd'hui âgé de 60 ans. Pourquoi pas? Après tout, l'homme a bien eu le Mamco entier pour lui en 2012. Il y a là un gros achat de 1997 («L'échelle de Jacob») comme une acquisition de 2015, ce qui prouve une constance. L'existence de budgets spécifiques aussi (1). Je vous rappelle encore une fois que la Ville de Genève, où il faudra bientôt ouvrir des fenêtres supplémentaires pour en jeter encore plus d'argent, ne dispose plus de tels crédits depuis 1994. D'autres gens succéderont par la suite à Huber. Comme le dit cette préfiguration, «Demain, c'est aujourd'hui». Et comme aujourd'hui, c'est déjà demain...

Pratique

«Demain, c'est aujourd'hui», Musée cantonal des beaux-arts, 6, place de la Riponne, Lausanne. Tél. 021 316 34 45, site www.mcba.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h, le jeudi jusqu'à 20h, les samedis et dimanches jusqu'à 17h. 

(1) Le musée s'est ainsi offert en 2016 un immense (637 centimètres de large!) monochrome rouge d'Olivier Mosset, réalisé en 1982.

Je reviendrai sur le sujet au cours de l'été grâce à un entretien avec Bernard Fibicher.

Un article suit immédiatement avec l'avenir, moins radieux, du Musée d'art et d'histoire de Genève.

Photo (Claudia Comte): Un détail de la peinture murale de la salle d'information. 

Prochaine chronique le mercredi 13 juillet. Albert Besnard à Evian.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."