Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

Lagonda 2.0 Tourer 1928 - Dépaysement garanti

On l’oublie parfois à l’heure des véhicules sans histoire - et souvent sans saveur - que nous utilisons aujourd’hui, l’automobile a eu ses pionniers. Monter à bord - littéralement, et non descendre comme nous le faisons de nos jours - d’un véhicule d’avant-guerre assure un dépaysement total.

Rien que la dénomination exacte et complète du modèle essayé relève d’un autre temps: Lagonda 2.0 Speed Model High Chassis Tourer. Allure à la fois sportive et altière, la silhouette n’en est pas moins beaucoup plus fine - en particulier au niveau du capot avant - que les fameuses Bentley contemporaines. De la tôle épaisse travaillée par d’habiles artisans, du cuir (sièges bien sûr, mais également attache du capot), des chromes et des cuivres à astiquer ainsi qu’un revêtement textile façon Weyman. Voilà pour le décor.

Lancer le moteur requiert quelques connaissances: ajustement de l’allumage (avance et retard réglables au volant), choke, et le démarreur électrique (la manivelle existe elle aussi, mais bon courage...) réveille la mécanique. Cette dernière, calibrée pour les modestes vallons de son pays d’origine, se révèle un peu «juste» pour la topographie suisse. Rien de rédhibitoire néanmoins, du moins lorsque la température de fonctionnement est atteinte (l’emblème ornant la calandre comporte un thermomètre visible en conduisant), ce qui peut prendre passablement de temps. Mais à l’époque, on ne le comptait pas encore, le temps...!

Un conducteur averti en vaut deux. L’ordre des pédales étant inhabituel (freins et accélérateurs inversés!), la moindre inattention peut s’avérer lourde de conséquences. Une fois lancé, le joyeux équipage semble pouvoir rouler tant et plus. Le double arbre à cames en tête - une prouesse technologique rare à l’époque - ronronne, le paysage défile paisiblement, sidérant au passage les autres usagers de la route.

Si les conditions d’utilisation d’un tel véhicule peuvent apparaître contraignantes (l’entretien notamment nécessite le recours à des spécialistes rares), il s’avère cependant qu’il donne accès à un «club» (les avant-guerre) composé de vrais amateurs, purs et durs, pour lesquels le plaisir de partager les joies de l’aventure n’est pas un vain mot! 

 

Voiture mise gracieusement à disposition par www.astonriviera.ch

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."