Jean Romaine

PRÉSIDENTE DE LA FONDATION HIRONDELLE

Romaine Jean est présidente de la Fondation Hirondelle et consultante indépendante. Elle a été rédactrice en chef des magazines, cheffe de la rubrique politique et présentatrice du 19.30. Elle a lancé notamment les émissions "Infrarouge", "Coulisses de l'évènement" et "Toute une vie" et présenté l'émission "forum des Européens", sur Arte. Elle est licenciée en sciences politiques.

Laeticia Hallyday: le baiser au cercueil

Le philosophe Michel Onfray estime que Laeticia Hallyday a brillamment mis en scène son baiser au cercueil, le 9 décembre à la Madeleine. La veuve éplorée aurait eu en fait, de longue date, l’héritage en viseur. Ainsi parle Michel Onfray, philosophe, qui a un avis public à donner sur l’affaire. Tout comme Brigitte Bardot, Patrick Besson, le patron de l’Express ou l’huissier du coin. Tous convoquent Shakespeare, le roi Lear, la perfide Goneril et les Atrides, tous commentent ce torrent de boue qui tient la France en haleine. Car la guerre médiatique est inouïe et l’affaire passionne au-delà de tout ! Elle dit beaucoup de la France, ce pays où, entre complaisance et connivences, la presse et le pouvoir aiment à raconter de histoires au peuple d’en-bas. Il arrive que celui-ci découvre que des immondices se cachent sous les paillettes. 

Les détails de l’héritage de Johnny émergent peu à peu et ils sont sordides. Mais qui peut sérieusement s’en étonner? L’histoire du vieux rocker et de sa brindille Boudou est celle d’un long chemin fiscal et sentait le soufre depuis longtemps. Il y eut le projet de nationalité belge, abandonné in extremis. Puis il y eut Gstaad et ses forfaits. Entre multi-milliardaires et tycoons russes, le couple s’y ennuyait à mourir et y était rarement. Il y eut Saint-Barth', collectivité d’outre-mer, ses plages, son air marin et ses taxations clémentes aux grandes fortunes. Les résidents locaux n’y paient pas d’impôts et il faut cinq ans pour obtenir le statut! il y eut l'Amérique, mais pas n’importe laquelle. La Californie, Los Angles, où la loi permet de déshériter ses enfants! Il y eut enfin des trusts et des trustees, pour gérer dans des structures opaques les biens du défunt, au bénéfice… de Laetitia. Le clan Boudou ne fait rien à moitié. La plus grande star française était connue pour sa générosité. ll ne comptait pas, dit-on. Son entourage oui. 

Qui a manipulé qui dans cette affaire ? Le peuple a tranché, car il aime Johnny, ce monstre sacré. Monstre. Sacré. Le garçon triste, renié par son père, rejoue à sa mort le scénario qu’il a lui-même connu. Johnny n’aura pas réussi à éviter à ses enfants l’extrême violence d’être rayé d’un testament. Un homme perdu, dit son ancienne compagne Nathalie Baye, seul malgré la multitude qui l’entourait. Sans doute ! Le biopic est écrit.

Si l’affaire de l’héritage de Johnny prend une dimension nationale, c’est que Johnny était un héros national français. Une idole des jeunes devenue, au fil des ans, l’idole des médias et du pouvoir. Sans retenue, trois présidents de la République et de leurs épouses étaient aux premières loges de ses funérailles, hommage cathodique, scellant «l’institutionnalisation du show biz, nouveau corps de l’état», selon les mots de Regis Debray. La veille encore l’Elysée intervenait pour éviter que les divisions des héritiers n’éclatent au grand et brouillent le conte que l’on s’apprêtait à raconter. 

Surréaliste ! La ferveur de centaines de milliers de français était réelle. Le reste, tout le reste était faux. Chapeau donc, Laeticia, parfaite femme d’affaires, placement de produit du clan Boudou, payée pour supporter les écarts de la star et qui ne comprend pas aujourd’hui qu’on lui conteste le butin. Mais que sait-on de cette femme, qui a squatté les magazines durant près de 20 ans, qui réussit encore à être présente. On la devine bardée d’une armée de communicants, qui lui enseignent à sourire. Et à tenir ses filles par la main. Toujours. Veuve vénale? Petite fille égarée par l'impérieuse nécessité d’exister? 

On aime Johnny, on admire son talent, on est à peu près sûr de la rapacité de son entourage. La presse, elle a menti, par omission. Noir c’est noir. Le clan Hallyday était une chimère qui porte aujourd’hui le masque de la guerre.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."