Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

La victoire de l’UDC dessert les intérêts de la Suisse

L’UDC est sortie largement gagnante des élections fédérales 2015. Profitant de l’afflux de migrants sur le continent européen, cette victoire s’est une nouvelle fois construite sur la peur des étrangers. Elle n’est guère réjouissante pour l’économie suisse car l’UDC joue à fond la carte de l’isolement du pays sur la scène internationale.

Alors que la Suisse devra relever de nombreux défis au cours de la prochaine législature (prévoyance vieillesse, réforme de l’imposition des entreprises, immigration, accords bilatéraux avec nos voisins européens, etc.) qui débutera à fin novembre, les combats que mènera l’UDC desserviront les intérêts des entreprises déjà pénalisées par le franc fort. L’Association suisse des banquiers l’a compris en refusant de soutenir l’initiative pour la protection de la sphère privée.

Dans son programme, le parti nationaliste s’est profilé comme celui de l’économie. Il vaut la peine d’en relire quelques extraits. «L’UDC se bat pour une plus grande liberté entrepreneuriale, donc contre la multiplication des lois et des interdictions limitant le développement des entreprises. Il faut mettre fin aux tendances de ces dernières années à réglementer de plus en plus un marché du travail initialement libéral, à renchérir l’énergie et les transports et à alourdir les contraintes bureaucratiques.»

Or, l’UDC fait le contraire de ce qu’elle promet. En exigeant l’instauration des contingents pour les étrangers, sa politique migratoire oblige les autorités fédérales à mettre en œuvre une véritable usine à gaz. Elle met surtout en danger les accords bilatéraux avec l’Union européenne qui sont si importants pour le succès de l’économie helvétique. De même, la nouvelle stratégie énergétique peut devenir une source nouvelle de profits pour les acteurs de la branche et ceux présents dans le cleantech. Déjà frappé par la surévaluation du franc, le tourisme redoute les effets d’une interdiction totale de la burqa dans l’espace public soutenue par l’UDC.

Ses combats risquent enfin de mettre la Suisse au banc des nations. Son initiative «le droit suisse au lieu des juges étrangers» vise à obliger le Conseil fédéral à dénoncer la Convention européenne des droits de l’homme et à restreindre considérablement les pouvoirs de ce dernier dans toute négociation avec nos voisins.

L’UDC ne défend pas les intérêts de l’économie suisse. Qu’attendent les patrons pour contrer avec force l’idéologie populiste, conservatrice et isolationniste qui nuit à la prospérité de la Suisse?

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."