Nivez C Photoa

JOURNALISTE

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

La viande in vitro financée par les stars de l’internet

On le surnomme « FrankenBurger » autrement dit le Frankenstein du Hamburger ! Mark Post, 57 ans, est un chercheur néérlandais, qui a fait sensation en août 2013 en présentant au public le 1er steak haché au monde, entièrement conçu en laboratoire. Un steak in vitro !

Il a fallu 5 ans de recherche à ce professeur de l’université de Maastricht pour créer ce steak à partir d'une cellule-souche de boeuf, un petit steak dont il estime le prix de revient à 360 000 francs suisses (250 000 livres sterling). Après plusieurs interruptions, faute de crédits, le labo « Cultured Beef » hébergé par l’université de Maastricht, a repris des couleurs grâce à un mécène américain dont le nom n’a été dévoilé que récemment : Sergey Brin. Le co-fondateur de Google finance le programme de recherche de Mark Post, car il est convaincu que cette viande de synthèse peut « changer l’avenir de l’humanité ».

Il est vrai que l’idée de reproduire un jour ce petit steak à l’infini ouvre des perspectives extraordinaires : fournir de nouvelles sources de protéines aux êtres humains (nous serons 9,5 milliards en 2050), fabriquer de la viande sans impact environnemental, sans souffrances animales, voilà qui a de quoi faire rêver les stars de la Silicon Valley.  

Sergey Brin n’est d'ailleurs pas le seul entrepreneur internet à financer la recherche alimentaire et les prochaines viandes de nos assiettes. « Beyond Meat », est financée par Obvious Corporation le fonds d’investissement lancé par Evan Williams co-fondateur de Twitter. D'après Arte, Bill Gates participe indirectement à ce projet puisqu'il a rejoint le tour de table d’Obvious Corporation.

La différence entre les 2 projets américain et européen est de taille. Mark Post crée des steaks à partir d’une cellule-souche prélevée dans le muscle d’un bœuf. Et il reproduit cette cellule en laboratoire jusqu’à obtenir un steak. Alors que « Beyond Meat » (au delà de la viande) crée des substituts de poulet : de la nourriture qui ressemble à du poulet, et à le goût du poulet, mais qui est fabriquée à partir de protéines végétales.

Dans ce « match » futuriste autour de la viande 2.0, il semble que l’européen Mark Post ait encore une longueur d’avance. Même si Beyond Meat commercialise déjà ses substituts de poulet dans les grandes chaînes bio des Etats-Unis, l'innovation scientifique et technologique de "Cultured beef" est bien plus impressionnante.

Mark Post "FrankenBurger" réunit d'ailleurs le gratin de la recherche scientifique autour de lui dans quelques jours, pour le 1er symposium international sur la viande in vitro chez lui à Maastricht, à partir du 18 octobre prochain. Il est encore temps de s’inscrire…

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."