Koppel Peter

COFONDATEUR DU FORUM PME/KMU

Dans les années 80, Peter Köppel est chargé de cours en littérature française et comparée à l’Université de Zurich. Après une formation en analyse politique internationale, il devient consultant en entreprise à Saint-Gall. Il participe également à la rédaction du Livre blanc de David de Pury. En 1996, Peter fonde une agence de communication à Zurich. En 2009, il est l’initiateur et le coorganisateur du Forum PME/KMU pour le rapprochement alémanico-romand dans l'économie.

La Suisse versus le Bade-Wurtemberg

On ne connaît pas la Suisse alémanique si l‘on ne connaît pas les relations qu‘entretiennent ses habitants avec leurs voisins allemands - car l‘identité alémanique se constitue en bonne partie en se frottant contre l‘image qu‘on se fait de l‘„être allemand“.

Au plus proche de nous: le Bade-Wurtemberg, comptant plus de 10 millions d‘habitants, notre partenaire commercial le plus important. Rien ne change quand on traverse la frontière entre Bâle et Schaffhouse: même ambiance, même niveau de vie. On ne s‘étonne donc pas qu‘à l‘échelle locale, il est des coopérations transfrontalières qui fonctionnent assez bien. A Jestetten par exemple, sur territoire allemand, vous trouvez des indicateurs pour cyclistes avec l‘inscription: „Schaffhauserland“. 

Cependant, les relations du Land avec une partie de la Suisse alémanique et la Berne fédérale tournent au vinaigre. 

En mars 2011, le Bade-Wurtemberg connut une révolution politique. Pendant des dixaines d‘années, il avait été le fief incontesté du CDU. Ce parti dut céder le gouvernement à une coalition verte-rouge. Winfried Kretschmann devint le premier ministre président vert d‘un Land allemand. 

S‘inquiétant des positions du nouveau gouvernement dans les dossiers aérien et Rubik, la Berne fédérale et le gouvernement zurichois lancèrent une offensive de charme à laquelle l‘on ne se montra pas insensible, à Stuttgart. En septembre 2012, la NZZ ouvrit ses colonnes au ministre président Kretschmann, qui y fit l‘éloge de la démocratie directe à la suisse. 

Puis, le ton changea rapidement entre Berne et Zurich d‘une part, et Stuttgart d‘autre part. Car Stuttgart déçut les Helvètes par un non catégorique aux solutions proposées par la Suisse dans les deux dossiers sus-nommés, attitude d‘un poids décisif à Berlin, dans les deux cas. 

Côté suisse, l‘heure est à la revanche. Agacée par le blocage d‘un accord aérien considéré comme irrecevable par les représentants de tous les partis du Bade-Wurtemberg, la cheffe du DETEC n‘a rien fait pour retenir son canton d‘origine, l‘Argovie, de saboter symboliquement, mais efficacement un projet de chemin de fer cher au Bade-Wurtemberg, projet que le Land avait lancé de concert avec les cantons de Bâle et de Schaffhouse et les circonscriptions allemandes de Lörrach et de Waldshut, celui de l‘électrification de la ligne de chemin de fer reliant Bâle à Schaffhouse et la Suisse orientale, en passant par le territoire allemand (voir la vidéo ci-jointe). 

Début juin, le National vota pour le projet. Sachant que Madame Leuthard allait tout faire pour le faire échouer aux Etats, Winfried Kretschmann lui adressa une lettre urgente, datée du 10 juin, lettre dans laquelle il confirme l‘intérêt majeur du Bade-Wurtemberg et donne des promesses de financement: „Das Land hat sich (...) bereit erklärt, sich (...) an dem Projekt landesseitig mit 20 Millionen Euro zu beteiligen und sich auch um die entsprechende Förderung durch den Bund zu bemühen.“ 

La réponse fut non. 

 

Annexe:

Traduction en français des réponses de Rita Schwarzelühr-Sutter, MdB,

à propos du non suisse à l‘électrification de la ligne Bâle-Schaffhouse:

C‘est la première fois qu‘on aurait eu la chance de s‘entendre sur un dossier à teneur positive, comportant de grands avantages pour les régions des deux côtés du Rhin. On aurait pu relier des agglomérations de Bâle d‘une part et celles de la région du lac de Constance et du Haut Rhin d‘autre part. Récemment, le ministre président du Bade-Wurtemberg a encore une fois souligné l‘importance de ce projet dans une lettre adressée à Madame Leuthard. Elle se heurta à une fin de non-recevoir, un non de la part du conseil des Etats et de Madame Leuthard. C‘est très regrettable.  

Il est possible que ce dossier ait été hypothéqué par d‘autres, surtout celui de l‘accord aérien. Mais je pense qu‘il faut s‘abstenir de se mettre à bouder dans son coin et de laisser passer les occasion de faire quelque chose de positif, surtout quand on a la chance de relier les régions. Dès le début, tous les participants ont considéré ce projet sous cet angle de vue. Ils voulaient le mettre sur les rails ensemble. Malheureusement, il n‘en fut rien. 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."