Bernard Radon

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COACHING SYSTEMS SARL

"Il y a chez Bernard Radon une quête perpétuelle pour comprendre les mécanismes de la stratégie et du management. Mais comment s’y prend-t-il pour coucher sur papier ce foisonnement d’expériences d'accompagnement de cadres et de cadres dirigeants? Je crois qu’il s’amuse à noter ses idées sur un petit calepin imaginaire. Il les transcrit ensuite sur des petits morceaux d’étoffe qu’il range soigneusement dans une boîte. Et quand le besoin de publier se fait pressant, il les sort, les trie, les arrange et enfin les coud soigneusement les uns avec les autres pour en faire un patchwork très ordonné dont l’image est non seulement cohérente, mais aussi d’une pertinence logique qui interpelle ses lecteurs. Il dit d’ailleurs en substance dans ses différents livres que l’on apprend à connaître son environnement par touches successives, comme si on reliait entre eux les morceaux d’un vaste puzzle. Au final, après avoir pris du temps, acquis et comparé toutes nos connaissances, c’est l’image d’ensemble qui se dégage: les organisations humaines dans toute leur complexité".

La Suisse est trop petite pour l'innovation

Article coécrit avec Jean-Maurice Cailler Président du Groupe Sorrel-ies

Il est surprenant de constater les sommes monumentales apportées par la Confédération et les cantons pour soutenir à tout prix l’innovation. Les dépenses de R & D suisses atteignent actuellement près de 3 % du PIB, soit plus de 16 milliards de francs.

C’est formidable !

Incontestablement, les chercheurs, les universités, les HES profitent de cette manne fédérale et nous sommes en tête des pays industrialisés. Encore en 2015, la Suisse est sacrée championne du monde de l’innovation. Juste un regard sur le Web pour constater les liens irréfragables de ce record du monde.

C’est dommage !

Selon le rapport de l’OCDE, la Suisse se tient largement à la traîne par rapport aux pays les plus performants (Corée, États-Unis, Irlande, Finlande) concernant le développement de la productivité, qui devrait justement refléter la qualité du progrès technologique suite aux innovations en matière de produits et de processus.

C’est prendre des risques et c’est maintenant !

Prendre des risques pour passer de l’entraînement à la compétition, de l’innovation au succès commercial. C’est maintenant qu’il faut aller sur les marchés internationaux vendre le fruit de nos recherches et pas en ordre dispersé. C’est maintenant que notre pays doit prendre le risque de sortir de sa zone de confort helvétique pour se repositionner comme un acteur économique moderne et conquérant.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."