<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

La Suisse en exemple

Les Etats-Unis ne sont décidément pas l’Europe.

Quand sur le Vieux-Continent les projets de voitures électriques ont longtemps été synonymes de voitures petites et moches, les Américains ont conçu la Tesla, une bombe glamour qui rencontre un grand succès que ce soit en Californie, où elle est née, comme en Suisse, son plus grand marché en Europe. Et ce n’est qu’une anecdote: dans la Silicon Valley, qui s’est persuadée il y a plusieurs années déjà que, après Internet, le nouveau boom viendrait du secteur cleantech, une centaine de start-up et des dizaines de labos travaillent sur le sujet, sans parler de ce qui se passe partout ailleurs aussi dans le pays.

Mais cette fois les Etats-Unis n’ont peut-être pas l’avance qu’ils avaient immédiatement prise avec Internet. La Silicon Valley regorge certes de projets dans tous les domaines des énergies propres, le solaire en tête. Et il s’écoulera sûrement des décennies avant que la formule magique du lieu qui rend entrepreneuriales toutes les initiatives soit transposable ailleurs. Mais l’Europe montre la voie dans les cleantechs et elle sert même souvent d’exemple dans les débats en Californie. D’abord parce que notre frugalité en termes de consommation d’énergie fait ici figure de modèle – quand était-ce la dernière fois où nous l’avons été? – et aussi parce que des projets et des réalisations ont d’abord vu le jour pour une fois de ce côté-ci de l’Atlantique.

La semaine dernière, une conférence organisée à San Francisco par Swissnex – le consulat scientifique suisse – avait pour thème: «Etes-vous plus intelligent que votre réfrigérateur?», avec uniquement des orateurs locaux. Vous lirez dans ce numéro page 75 un article qui postule, lui, que votre maison est plus intelligente que vous au vu des réalisations de chercheurs et de start-up suisses. Alors, 1 à 0 pour la Suisse?

Ce serait évidemment caricatural de montrer les choses ainsi. Les Américains n’ont pas dit leur dernier mot: l’argent du gouvernement et des capital-risqueurs se déversent à flots dans tout ce qui compte de cleantechs. Peut-être plus irrésistible encore, les jeunes diplômés de l’Ivy League, les meilleures universités américaines, se passionnent de plus en plus pour le secteur de l’énergie, pourtant parent pauvre des vocations entrepreneuriales depuis des décennies. Reste que l’avance européenne est réelle et que, en Suisse romande, cette fameuse start-up qui décollera vraiment à la manière – soyons fous mais espérons le très fort – d’un Google, pourrait bien être issue du domaine des cleantechs.

Stéphane Benoit-Godet Rédacteur en chef

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."