Nicolas Hou

FONDATEUR DE COLOSSE.CH

Nicolas Hou est le fondateur de la startup genevoise Colosse, co-fondateur de project HERO et président de Ministry Of Cuteness. Après quelques années dans des entreprises de renom tels que Reuters, Honda et Apple, il lance sa société dont le tout premier produit LOKI a été sélectionné et récompensé par QoQa et Bilan. L'innovation et la créativité sont une obsession chez ce genevois sino-suisse fan de TED et des nouvelles technologies.

Après sa spécialisation en Marketing Management de l'Université d'Harvard et sa certification en Leadership d'HEC Paris, il s'intéresse aux avancées bio/technologiques (transhumanisme, robotique, I.A.) qui vont impacter notre société.

Voyant arriver la vague cybernétique nous tomber dessus sans prévenir, avec les conséquences économiques et sociales qu'elle va entraîner, il ne peut s'empêcher de communiquer les bienfaits, mais aussi les dangers de ce mouvement en marche. La robotique et les intelligences artificielles sont donc les principaux sujets qu'il aborde chez Bilan… en essayant de ne pas trop vous faire peur.

La robotique du futur, c’est au cinéma

Si vous me lisez depuis quelques temps, vous aurez constaté qu'à la fin de chacun de mes articles je termine par un film qui traite plus ou moins du sujet abordé. Je fais cela car je trouve qu'il y a un parallèle intéressant entre notre vision cinématographique souvent prémonitoire du monde dans lequel nous évoluons. Ces temps-ci, nous sentons très fortement un trend chez les cinéastes à nous parler de robotique et d'intelligence artificielle.

Transcendence, HER, Ex Machina, Chappi, Automata, Big Hero 6, Tomorrowland et même le dernier Avenger qui parle d'intelligence artificielle (oui oui) avec Ultron et Vision (oserais-je même placer ici le prochain Terminator?); jamais nous n'avons eu autant de projets qui traitent cette rubrique que j'anime ici chez Bilan et cela démontre bien un réel intérêt des cinéastes, producteurs et spectateurs.

Dans la plupart de ces films réalisés récemment, la crainte d'une intelligence artificielle éveillée révèle la même peur; que celle-ci comprenne que l'humain n'est plus utile et qu'elle décide de tout simplement nous éliminer de la même manière que Néandertal a laissé sa place à Homo Sapiens; que ce soit par extermination ou par manque d'adaptation (il y a encore des débats à ce sujet), nous risquons de courir le même danger faute de pouvoir nous mesurer à nos créations.

Est-ce que les cinéastes fabulent sur un déséquilibre technologique où seuls les hommes augmentés peuvent prétendre régner sur les autres (Utopia de Neill Blomkamp)? Un monde où une intelligence artificielle prend le contrôle des humains et nous utilise comme du bétail (the Matrix des frères Wachowski)? Ou encore un mode plus "calme" avec une machine qui devient une amie qui nous sauve de la solitude sociétale ambiante (HER de Spike Jonze)? Probablement un mélange de tout ça.

Regardons de plus près ce que les robots et une intelligence artificielle pourront nous amener dans un futur de moins en moins lointain.

1. Déséquilibre technologique - On nous parle tout le temps de catastrophes écologiques, alimentaires, politiques et j'en passe. Une médecine à deux vitesses, une société où l'écart en riches et pauvres se creuse, un système économique sur le point d'éclater. Cette inégalité des chances, je la vois également dans les nouvelles technologies qui sont supposées nous rendre la vie meilleure. Si je perds une jambe, moi, suisse, dans un monde occidental riche, j'aurai bientôt accès à une prothèse bionique pouvant parfaitement me rendre l'usage de mon membre perdu. N'avons-nous pas déjà des bras robotisés que l'on peut contrôler par la pensée? Or prenons ce même cas de figure pour un amputé d'un pays plus pauvre, l'accès à cette technologie sera tout simplement hors de portée.

2. Une IA dictateur - Lorsqu'en 2045 (selon Peter Kurzweil), la singularité (ou l'éveil de la conscience d'une machine) sera là, nous nous trouverons face à un "être" si intelligent que nous n'arriverons plus à le suivre. Sa vitesse de calcul sera telle qu'il pourra lui-même trouver des solutions à des problèmes insurmontables pour nous, petits humains, mais tellement triviaux pour lui. Le cancer? Facile. L'énergie infinie? Donnez-moi 14.4 secondes. Chimie, physique, biologie, mathématique... toutes les sciences réunies, compilées, mâchées et enfin, digérées pour trouver des solutions à nos maux. Contrôlerons-nous cette puissance? Difficile à dire. Elon Musk, Bill Gates, Stephen Hawkins, pour ne citer qu'eux, pensent que cette IA pourrait être dangereuse et se rendre compte que pour que l'humanité puisse survivre, il faudra qu'elle prenne les choses en main elle-même.

3. Une compagne artificielle - Alors là, tout mon fric (et mes deux mains à couper) vont chez les Japonais. Voici un pays qui est le plus propice religieusement, culturellement et socialement à développer des compagnons robotisés. Dans notre société judéo-chrétienne, Dieu a crée l'Homme, c'est comme ça et pas autrement. En Asie et surtout au Japon, on voit les choses un peu autrement et il n'y a pas de tabou à créer une "vie" artificielle. Le Japon c'est également le pays du mecha - prononcez "mé-ka" - (hein? pensez Goldorak, ça ira tout de suite mieux) et donc les robots, c'est un peu leur dada. Enfin, c'est également non seulement une société qui vieillit sans vrai renouvellement de la population avec tous les problèmes que cela entraîne dans le monde médical, mais aussi cette gêne communautaire qui met la pression sur les individus et les poussent à vivre reclus. Ils n'auront plus le choix: avoir des infirmières robotisées, des copines virtuelles dotées d'intelligence ou encore des esclaves sexuelles. Je vous laisse googler SAL9000, un jeune Japonais qui a épousé... sa Nintendo. D'un autre côté, cela pourrait diminuer les risques d'agressions sexuelles et de pénurie d'infirmières... mais réservons les problèmes de la santé dans un autre article...

Tous les cinéastes qui traitent les sujets de robotique et d'intelligence artificielle peuvent être catégorisés dans ces trois visions du futur. J'en parle encore maintenant autour de moi, certains pensent que cela se limite à de la science fiction et cela reste encore vrai pour quelques sous-sujets mais qu'on le veuille ou non, la nature humaine n'est pas faite pour s'arrêter à la roue et au feu...

(film à voir - "tous ceux mentionnés dans cet article")

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."