Mary Vacharidis

JOURNALISTE

Journaliste chez Bilan et community manager pour le site bilan.ch, Mary Vakaridis vit à Zurich depuis 1997. Durant sa carrière professionnelle, elle a travaillé pour différents titres de la presse quotidienne, ainsi que pour la télévision puis la radio romandes (RTS). Diplômée de l'Université de Lausanne en Lettres, elle chérit son statut de journaliste qui lui permet de laisser libre cours à sa curiosité.

La menace des quotas

Les femmes percent le plafond de verre! Voici le message optimiste du dossier de ce numéro, auquel bien sûr il faudra mettre quelques bémols. Angela Merkel, Christine Lagarde et la présidente de la Fed américaine Janet Yellen exercent aujourd’hui une influence dans le monde encore jamais atteinte par des personnages de sexe féminin.

Un jalon a été franchi dans le chemin vers l’égalité avec l’accès possible d’une femme à la prochaine présidence des Etats-Unis, en la personne de Hillary Clinton. Et en Suisse, de nombreuses femmes ont dernièrement été nommées à des postes clés. Certaines sont à la tête d’institutions comme La Poste Suisse et le Seco (Secrétariat fédéral à l’économie). D’autres assument les tâches de cheffe de la police à Genève, d’ambassadrice des Etats-Unis en Suisse, ou encore de directrice du CERN (dès 2016). Vous retrouverez des portraits de ces pionnières dans de numéro de Bilan.

Toujours plus de femmes s’imposent dans les conseils d’administration des entreprises publiques et parapubliques, soutenues par la décision du Conseil fédéral d’imposer un quota de 30% dans ces collèges. Le réservoir de candidates potentielles est fourni par les élues politiques, car on accède à ces postes en fonction de son parti. Et les femmes sont bien représentées dans ces activités de milice qui conviennent à leur rythme de vie, alors qu’elles sont bannies des hautes sphères de l’industrie.

On peut espérer qu’une fois que ces administratrices auront fait leurs preuves, le secteur privé s’y intéressera enfin. Les conseils à leur tour féminisés, les comités de direction pourraient s’ouvrir à la mixité. Et cela, même dans les secteurs les plus lucratifs et particulièrement misogynes que sont l’industrie des hedge funds en finance et la chirurgie en médecine. Gardons à l’esprit qu’en écartant la moitié de la population dans certaines activités, c’est la société entière qui se prive de talents.

Face au conservatisme

Voilà où nous en sommes en 2015. Les femmes engagées qui ouvrent la voie méritent qu’on leur rende hommage. Car dans une société helvétique encore très patriarcale, elles restent beaucoup plus exposées que les hommes dans ce genre de fonction. Or, dans les entreprises cotées, au-delà du middle management, les années passent et rien ne change.

Heureusement, il y a la menace des quotas. L’industrie privée a toutes les raisons de craindre l’introduction de mesures coercitives par le gouvernement dans le cadre de la révision de la loi sur les sociétés anonymes. Face au conservatisme ambiant, il n’y a apparemment que cette pression qui puisse faire bouger des entreprises prêtes à tout pour éviter une telle intrusion dans leur gouvernance.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."