<p>Rédacteur en chef du Temps, (ex-rédacteur en chef de Bilan)</p>

Depuis le 1er janvier 2015, Stéphane Benoit-Godet dirige la rédaction du quotidien Le Temps. Il était le rédacteur en chef de Bilan de 2006 à 2015. Auparavant, il a travaillé pour les quotidiens La Tribune de Genève et Le Temps 1998-2003), journal dont il a dirigé la rubrique économique (fin 2000 à mi-2003). Juriste de formation, Stéphane a fait ses études en France à l'Université d'Aix-Marseille III. 

 

 

La fin proche du dollar

Parfois il faut prendre du recul. Regarder avec distance le film du monde qui se détruit et se recrée perpétuellement pour comprendre la trame qui se dessine en fond. 

Si le XXIe siècle a véritablement commencé il y a dix ans avec deux avions qui se sont fracassés contre les tours du World Trade Center, il pourrait nous dévoiler un autre effondrement. L’économie américaine se trouve au plus mal - malgré des efforts désespérés pour masquer ses plaies - et le dollar semble au bord du gouffre. Dans un remarquable ouvrage dont les bonnes feuilles figurent dans cette édition, Myret Zaki (rédactrice en chef adjointe de Bilan) pose la bonne question. Un pays endetté comme les Etats-Unis peut-il légitimement continuer d’imposer sa monnaie comme devise internationale de référence et faire l’économie d’un assainissement drastique de sa dette?

Le colosse n’est pas tombé sous le coup des terroristes en 2001, l’Empire va-t-il s’effondrer prochainement sous le propre poids de ses excès? Les conditions internationales se trouvent réunies pour que le monde multipolaire se trouve légitimé à contester l’omnipotence d’un régent de l’ordre économique du monde. La Chine gravit déjà un à un les échelons du classement des puissances économiques mondiales. Le commerce entre les Etats du Sud atteint un niveau qui permet à ses acteurs d’envisager une croissance alimentée par d’autres flux que les échanges avec le vieil Occident. Et l’Europe, cette vieille Europe que les Etats-Unis, la Grande-Bretagne et la partie la plus réactionnaire de la Suisse n’ont jamais considérée avec le sérieux nécessaire, surmonte ses difficultés. Mieux, elle continue sa construction basée sur des fondamentaux économiques plus solides que ceux de la première puissance économique mondiale.

Le dollar va-t-il mourir en 2014 ou peu après comme l’annonce notre consœur? A voir. Reste que le constat d’un monde qui va peu à peu changer de modèle est déjà une réalité ici comme nous l’ont rapporté trois témoins récents en Suisse romande. C’est ainsi vrai pour l’IMD dont les participants qui viennent du monde entier ne veulent plus entendre parler des seuls business case MADE IN USA ou de leurs succédanés occidentaux: ils veulent des exemples issus des BRIC. C’est aussi le cas d’une agence de communication qui rapporte voir de plus en plus de concurrents venus du Brésil s’aligner avec succès dans les appels d’offres lancés par les multinationales. Ou de cet entrepreneur - pionnier de la délocalisation de la production en Chine dans son secteur - et qui prospecte maintenant d’autres lieux encore plus compétitifs. Le film du monde passe en accéléré et le dollar tout-puissant pourrait bientôt ne plus apparaître que sur une vieille séquence.

 

STÉPHANE BENOIT-GODET RÉDACTEUR EN CHEF

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."