Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership.

La FIFA face au flot des mots

Nous baignons chaque jour dans un maelstrom de mots, d’injonctions, de prises de positions, de citations, de tweets et de phrases. Il suffit de voir l’avalanche d’articles sur la FIFA, Platini et Blatter ces dernières semaines pour s’en convaincre ! Devant ce flot ininterrompu, nous devons développer notre esprit critique et notre responsabilité citoyenne pour apprendre à séparer le bon grain de l’ivraie et se forger notre propre opinion... Vaste programme !

En effet, depuis que l’homme est doté de la parole, nous communiquons pour exister, et par là, nous souhaitons partager, nous voulons convaincre et nous désirons séduire, à l’image d’Hermes, le dieu de l’Antiquité grecque. Souvent d’ailleurs, nous voulons faire les trois choses en meme temps. 

Tout acteur public, tout homme ou femme politique, tout chef d’entreprise veut assurer et optimiser sa présence dans l’espace public et dans la société digitale. Et avant de brûler une idole, mieux vaut analyser ses actes et son bilan plutôt que de juger ses intentions. La communication est polysémique, et correspond ainsi à un exercice global de comportement face aux autres et intègre un nombre complexe de dimensions, comme le leaderhip communicationnel, la gestion de la réputation, la construction d’une marque, la communication intégrée, la communication politique et économique, ou encore la communication de crise.

Le terme même “communication” provient du latin communicare qui signifie “partager quelque chose, mettre en commun”. Nous sommes en effet en permanence dans des logiques d’échanges, de discussions et de partages qui occupent l’espace public et la blogosphère, imprègnent les esprits, créent de nouvelles communautés, renforcent les identités et envahissent les réseaux. Qu’il est loin de temps où le president américain Dwight Eisenhower faisait deux discours par an, en tout et pour tout ! 

Dans notre société moderne, connectée et en digitalisation croissante, le précepte cartésien “Je pense, donc je suis” (cogito ergo sum) doit désormais s’accompagner de la formule “Je communique, donc je suis” (communico ergo sum) du philosophe allemand Jürgen Habermas, qui estime que la communication est dans tout et que tout est dans la communication. C’est en effet en communiquant que nous construisons notre identité et que nous existons pour nos pairs, pour nos contemporains, pour nos conjoints et pour nos enfants. La communication est comme l’air que l’on respire.

Le rapport aux autres est ainsi un exercice qui n’est ni autarcique, ni autocratique, mais qui correspond bien à un besoin anthropologique d’ouverture et de sociabilité pour vivre et travailler ensemble, en communuauté, et pour pouvoir agir sur les autres.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."