Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

La dernière mission de Jacques de Watteville

Les grands commis de l’Etat se succèdent à la tête du Secrétariat d’Etat aux questions financières internationales (SFI). Après Michael Ambühl qui a démissionné à la surprise générale, c’est au tour de Jacques de Watteville d’en prendre les rênes. La dernière mission de cet ambassadeur avant son départ à la retraite (il a 62 ans) s’annonce comme l’une des plus délicates et des plus périlleuses de sa longue carrière de diplomate.

D’abord, sa conseillère fédérale de tutelle, Eveline Widmer-Schlumpf, lui laissera-t-elle suffisamment de liberté pour négocier dans les instances internationales au sein desquelles la Suisse est mise sous pression? Ce n’est pas certain. Or, le temps des tergiversations est terminé, il faut désormais participer activement à l’élaboration de la stratégie qui s’échafaude autour de l’échange automatique d’informations fiscales.

Ensuite, une des tâches  les plus ardues du nouveau secrétaire d’Etat est de faire comprendre au sein du Département fédéral des finances auquel est rattaché le SFI que le monde a changé depuis l’éclatement de la crise financière en 2008. Le culte du secret bancaire élevé au rang de mythe est devenu anachronique.  Un profond changement de culture au sein de l’administration est nécessaire pour permettre à la Suisse de défendre ses spécificités au niveau international.

Autant dire que le défi à relever s’annonce d’ores et déjà colossal. Michael Ambühl a préféré renoncer. Jacques de Watteville parviendra-t-il à faire mieux?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."