Ladermannsebastiennb

FONDATEUR DES EDITIONS ALPAGA

Editeur, journaliste indépendant et spécialiste en communication, Sébastien Ladermann est passionné de gastronomie et de voitures anciennes notamment. Deux thèmes qui l’inspirent au quotidien dans ses diverses activités, au point de nourrir une intense réflexion sur l’art de (bien) vivre et d'avoir consacré aux plus prestigieux chefs de cuisine lémaniques un ouvrage novateur (Portraits (intimistes) de chefs, paru aux Editions Alpaga) préfacé par F. Girardet, Ph. Rochat et G. Rabaey.

La daurade - Royale au Royal

Il est certains endroits qui vous envoient en vacances instantanément. Evian-les-Bains, petite cité thermale adossée aux montagnes, le regard tourné vers le lac, en fait indéniablement partie. Le ballet des bateaux CGN à roues à aubes - témoins d’un autre temps -, les quais entretenus avec rigueur - les plates-bandes de fleurs y dessinent de remarquables courbes colorées au milieu de la pelouse verdoyante -, le casino au bâtiment hiératique, tout est réuni. Il y flotte un parfum « Belle Epoque » - période fastueuse qui vit naître, sur les hauteurs de la ville, l’Hôtel Royal - propice à la détente.

C’est là qu’officie Patrice Vander, un chef qui a à coeur de travailler les meilleurs produits locaux - écrevisses et poissons du lac Léman, safran de Marin, un village tout proche -, sans oublier les trésors de la mer notamment. Sa Daurade sauvage marinée à la mangue, wakamé et caviar osciètre en atteste. Un plat d’une grande fraîcheur, vif et malicieux. Côté suave, la chair du poisson et la mangue; côté iodé, le caviar - comme un condiment -, renforcé par la présence du wakamé (algue); côté amertume enfin, les quelques pousses de roquette apportant texture et contraste à la composition.

Une assiette à l’esthétique estivale, qui repose sur la qualité irréprochable de la daurade. Si deux orthographes sont admises - daurade et dorade - pour ce poisson de la famille des sparidés, la première semble réservée à la daurade dite « royale ». Pêchée en Méditerranée et dans le golfe de Gascogne, elle présente une chair à la fois fine et moelleuse. Rien à voir avec celle de ses « cousines » roses ou grises, nettement moins savoureuses. La royale au Royal, quoi de plus naturel?


Le sommelier, Loïc Chavasse-Frette, accorde le plat à un chasselas régional produit par le domaine Delalex, situé à Marin. Sa belle minéralité et sa rondeur en font un compagnon appréciable, démontrant au passage l’intérêt justifié pour certains vignerons locaux dont les produits méritent d’être mieux considérés.

L’Hôtel Royal, niché au sein d’un domaine de 17 hectares, subira prochainement sa troisième et ultime phase de rénovation. Après quoi Les Fresques et son équipe disposeront d’une toute nouvelle cuisine, histoire d’ancrer un peu mieux encore dans l’esprit des gourmets la présence d’un îlot gourmand, face au Léman, dans un lieu hors du temps.

Hôtel Royal - Les Fresques

www.evianresort.com/fr/restaurant-hotel-royal-vue-leman-evian.php

Kaléidoscope gourmand


Saumon fumé - Caviar d'Aquitaine - Soupe de tomate froide


Ecrevisses en royale de foie gras, safran de Marin


Homard bleu, herbes potagères, araignée au cumbawa et huile de basilic


Sole, beurre Bordier, févettes et pistes en tempura


Suprême de poularde de Bresse, foie gras, vin jaune


Pré-dessert en forme de retour en enfance


Framboise, chocolat blanc et huile d'olive

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."