Bernard Radon

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COACHING SYSTEMS SARL

"Il y a chez Bernard Radon une quête perpétuelle pour comprendre les mécanismes de la stratégie et du management. Mais comment s’y prend-t-il pour coucher sur papier ce foisonnement d’expériences d'accompagnement de cadres et de cadres dirigeants? Je crois qu’il s’amuse à noter ses idées sur un petit calepin imaginaire. Il les transcrit ensuite sur des petits morceaux d’étoffe qu’il range soigneusement dans une boîte. Et quand le besoin de publier se fait pressant, il les sort, les trie, les arrange et enfin les coud soigneusement les uns avec les autres pour en faire un patchwork très ordonné dont l’image est non seulement cohérente, mais aussi d’une pertinence logique qui interpelle ses lecteurs. Il dit d’ailleurs en substance dans ses différents livres que l’on apprend à connaître son environnement par touches successives, comme si on reliait entre eux les morceaux d’un vaste puzzle. Au final, après avoir pris du temps, acquis et comparé toutes nos connaissances, c’est l’image d’ensemble qui se dégage: les organisations humaines dans toute leur complexité".

La complexité au cœur du management

Lors du sixième Congrès RH sur le thème de "Globalisation : quel rôle pour les ressources humaines ?", la notion de complexité a émergé constamment dans les débats, sans être questionnée. Pourtant, comme le dit Susan Schneider, professeur à HEC Genève, la culture du business est schizophrénique. Vous voulez quelques exemples ?

  • faire plus avec moins,
  • soyez responsable, mais avec moins d'autorité,
  • vous pouvez entreprendre, mais attention aux erreurs,
  • faites front à la pression au travail mais équilibrez votre vie familiale...

Face à cette multiplicité de choix, comment ne pas faire faux. 

Peut être faut-il faire la différence entre compliqué et complexe. Monter et démonter un Airbus, c'est compliqué, mais avec suffisamment de temps et des experts vous pouvez y arriver. Un plat de spaghettis, c'est complexe, car vous serez constamment confronté à des structures rebelles : vous êtes face à l'imprévisibilité de la nouille. Ceux qui ont déjà tâché leur chemise avec de la sauce tomate me comprennent.

Il est vrai que la complexité est peu enseignée en management, sans doute parce que c'est trop complexe et peu présent dans la littérature. Adapté pour les managers, on trouve l'ouvrage de D. Genelot , "Manager dans la complexité", mais qui traite principalement de l'organisation stratégique, celui de M-J Avenier, "Stratégie chemin faisant", le plus abouti mais réservé aux étudiants en sciences de gestion, sans oublier l'excellent site consacré à la complexité.

Si la complexité est liée à l'imprévisibilité, les managers peuvent-ils travailler dans l'imprévisible ? Hélas oui, parce que ceux qui savent s'en accommoder ont deux longueurs d'avance :

Les tendances prévisibles

Une collaboratrice irritable le restera quoique vous fassiez.

La persistance

Le monde est complexe, il faut l'expliquer jusque quelqu'un vous comprenne et l'explique aux autres mieux que vous-même. Donc ne dites jamais : "Je vous l'ai déjà dit".

Des expériences d'envergure

Pour affronter la complexité, il vaut mieux avoir été confronté à des expériences d'envergure. En d'autres termes, vous serez un vrai marin uniquement quand vous aurez passé le Cap Horn, plusieurs fois.

Ah, j'allais oublier.

Le discours

Souvenez-vous, début septembre, la Suisse a commis une faute professionnelle dans les éliminatoires de la Coupe du monde. Elle a concédé le nul devant l'Islande (4-4) après avoir pourtant mené 4-1 à la 56e minute (24H du 6.09.13). Remontée improbable. Heureusement le discours du coach fut d'anthologie : "Nous avons la meilleure équipe suisse de tous les temps". Le discours aide remarquablement à expliquer les fautes imprévisibles.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."