La colombe et les faucons

Finalement, le secret de Polichinelle aura été poussé le plus longtemps possible, mais, comme escompté par les marchés, les sphères politiques mondiales n’auront pas pris le risque de mettre un terme au système financier mondial en le faisant exploser définitivement.

Le républicain John Boehner ressemble à un faucon attaché à son perchoir, acteur malgré lui d’un bien étrange sketch qui a occulté le vrai débat. L’endettement américain mérite que les élites politiques du pays y consacrent une réflexion profonde, mais pas sous la forme d’un chantage.

Les démocrates ont confirmé vouloir une Amérique qui finance sa croissance en continuant à s’endetter – sur le dos du reste du monde serait-on tenté d’ajouter. La vraie question est à quel rythme et pour quel propos. Le débat doit être démocratique.

En nommant Janet Yellen à la tête de la Réserve fédérale, le président Obama fait un choix contraint, certes, mais de qualité pour gérer le sevrage de l’économie américaine de la perfusion monétaire issue de la crise de 2008.

La manipulation des taux à long terme par le biais de rachat d’obligations du Trésor doit en effet baisser de manière graduée. La croissance de l’économie semble avoir pris le pas alors que le pays traverse une grave crise politique, le président républicain de la Chambre des représentants ayant été pris en otage par le Tea Party.

L’affaiblissement des valeurs refuges continue en dépit de la crise politique, c’est un signe! L’or a même décroché en pleine crise politique US, difficile dès lors d’imaginer un possible défaut du premier débiteur mondial.

L’amendement adopté en toute discrétion par l’Assemblée nationale française prévoyant une augmentation de 8 à 12,5% sur la vente de métaux précieux sonnant le glas du marché de l’or chez nos voisins n’était peut-être pas étranger aux fluctuations du lendemain. Décidément, dans le monde aujourd’hui, cela part dans toutes les directions en même temps.

Faut-il suivre le sentiment du marché et prendre du risque plus agressivement, s’intéresser aux actions italiennes, aux obligations longues? L’année est extrêmement ardue pour l’investisseur diversifié; les champs de contre-performances sont nombreux. Il n’y a pas de logique à chercher; le souffle du marché prime, alimenté par des déclarations politiques peu aisées à prévoir.

Il y a ici un vrai sujet sur la question de la prise de risque. Nous aurions pu être à l’aube d’une crise financière majeure si le paiement d’un coupon sur les obligations du Trésor US n’avait pas été honoré. La crise syrienne est à peine colmatée au niveau international (pas dans le pays) et un Prix Nobel de la paix a été mis dans la balance. Tout semble donc en équilibre très fragile.

Rien ne justifie donc que les valeurs refuge ne s’écroulent, sauf la faramineuse bulle qui s’y est constituée au fil des années: l’or, les obligations, l’immobilier de niche, l’art, les automobiles classiques (indicateurs de fin de mouvement pour les deux derniers) ont eu des évolutions de prix excessives sur cinq ou dix ans, et tout conduit à penser que l’ajustement commence.

Sauf que tous les investisseurs n’ont pas une tendance naturelle à un positionnement unidirectionnel et que des valeurs ayant une polarité de risque inverse sont nécessaires. L’environnement actuel conduirait donc plutôt à augmenter la pondération de la gestion alternative non corrélée en défaveur de l’or et à diversifier les obligations sur les marchés émergents en USD et les convertibles.

Le nerf de la guerre restant l’exposition directionnelle dans les actions. Se positionner sur des marchés pouvant bénéficier d’un effet de rattrapage dans un horizon à mi-janvier est à considérer: l’Europe, l’Asie via Hongkong, le Japon.

L’exposition US est, quant à elle, à garder; c’est le marché qui imprime la tendance! Au niveau sectoriel, les positions défensives de belles valeurs de croissance en fonds de portefeuille sont à compléter en commençant à s’intéresser à certaines cycliques dont les cours sont attractifs.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."