Andreas Ruhlmann

PREMIUM CLIENT MANAGER À IG BANK

Andreas Ruhlmann, diplômé de la John Molson School of Business à Montréal et détenteur du CAIA (Chartered Alternative Investment Analyst), a évolué plus de 10 ans au cœur des salles de marchés de Saxo Bank et de la Banque Nationale du Canada. Il rejoint IG Bank en février 2014 afin de mettre son expérience au profit des clients Premium de la banque.

Spécialiste du marché des devises, des actions et en analyse technique, Andreas développe également de nombreuses formations sur les stratégies de trading, l’analyse graphique, la gestion de risque et la psychologie du trader. Découvrez les formations sur ig.com

Les opinions exprimés dans ce Blog sont celles de Andreas Ruhlmann et non de son employeur.

La chute sur l'action Apple persiste. Faut-il s'inquiéter?

L’action Apple a chuté de près de 20% en l’espace de trois semaines, effaçant plus de 100 milliards de sa capitalisation boursière. Il s’agit de la plus forte baisse depuis 2013, lorsque Tim Cook a repris les rênes de l’entreprise.

Est-ce une opportunité d’achat ou faut-il s’inquiéter?

Une première chute de 7% a commencé le 21 Juillet avec la sortie des résultats trimestriels qui ont déçu Wall Street. Les ventes d’iPhone et les projections de l’entreprise étaient très légèrement en-dessous des attentes, et comme pour tout leader, le niveau de tolérance des investisseurs est généralement très mince. En revanche, les résultats étaient solides, avec une croissance de près de 40% de son bénéfice nette et une hausse des ventes de 32%.

La baisse s’est prolongée avec la perspective d’une hausse du taux d’intérêt par la Fed. Là encore pas vraiment de quoi s’inquiéter. En effet, avec une inflation encore timide et les autres banques centrales toujours accommodantes, la Fed peut se permettre de raffermir son économie très progressivement. Pour Apple, la hausse du coût du capital n’est pas un problème, car elle a suffisamment de liquidités pour ne pas avoir à emprunter.

Finalement, cette semaine, la décision de la banque populaire de Chine de flexibiliser sa monnaie et la dévaluation du Yuan en conséquence a créé un cataclysme sur les marchés. Apple dont ¼ de son chiffre d’affaire provient du grand continent et qui, selon Tim Cook est en passe de devenir son premier marché, n’est bien évidemment pas épargnée. Si le Yuan continue de se déprécier, cela causerait une baisse des prix au niveau global dans un environnement déjà fragile, menant à une baisse des marchés boursiers, Apple inclus. En revanche, l’objectif pour la Chine est d’intégrer sa monnaie dans la liste des droits de tirage spéciaux (DTS), monnaie de réserve du FMI. Une instabilité du Yuan n’irait pas dans ce sens. Historiquement, la Chine n’a pas participé à la guerre des monnaies, et ce ne sera sûrement pas le cas cette fois-ci non plus.

Selon Tim Cook, 73% des utilisateurs d'iPhone sont toujours sur la version 5 et en dessous, donc l’ère de l’iPhone 6 est loin d’être finie, d’autant plus que la version upgradée 6S sortira probablement en septembre. Trop d’importance est également mis sur l’Apple Watch. L’objectif de la montre connectée est surtout de rajouter une raison supplémentaire de faire partie de l’écosystème Apple, moyen efficace de fidéliser sa clientèle.

Techniquement, le zone de 105-110 agit comme support majeur et représente un niveau d’achat intéressant. Attention toutefois, en cas de cassure en dessous de 105, car cela représenterait un risque de baisse supplémentaire.

 

 

 

 

Veuillez noter que les informations présentes dans cet article ne constituent pas une offre ou sollicitation à investir dans un quelconque instrument financier. IG se dégage de toute responsabilité concernant l’utilisation qui en est faite et des conséquences qui en résultent. Veuillez noter que ces informations ne prennent nullement en compte la situation financière et les objectifs d’investissement spécifiques aux personnes qui les reçoivent. Ces informations n’ont pas été conçues pour répondre aux exigences légales en matière d’indépendance de la recherche sur l’investissement. Elles doivent donc être considérées comme une communication à des fins marketing. Enfin, bien que notre politique de passage d’ordres ne soit pas restrictive, nous ne cherchons pas à profiter de ces recommandations avant d’en faire la communication auprès de nos clients.

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."