ANCIEN RÉDACTEUR EN CHEF ADJOINT À BILAN

Dino Auciello a été rédacteur en chef adjoint à Bilan, responsable de bilan.ch, de novembre 2014 à juillet 2017. Il a rejoint Bilan en 2010, après avoir terminé ses études à l’Académie du Journalisme et des Médias de Neuchâtel.

La 4e révolution, sans le revenu de base

C’est l’histoire d’une reconversion, celle menée par le propriétaire d’une mine de charbon dans le Kentucky. Les affaires sont au plus mal ces quatre dernières années dans cette région des Etats-Unis. Plus de 8000 gueules noires ont été licenciées. Les progrès numérique et énergétique ont eu raison des sociétés minières. Que faire?

«On ne va pas apprendre à des mineurs à coder!», assène-t-on. Oh que oui!, répond le téméraire patron. Il fonde alors une start-up au cœur des Appalaches et forme d’anciens mineurs enthousiastes aux mécanismes fondamentaux du web. Aujourd’hui, l’équipe de développeurs monte des sites et des applications mobiles pour ses premiers clients. 

Ce récit contemporain, certainement enjolivé, apporte néanmoins une note positive dans le climat anxiogène actuel. Si la transition numérique ne se fera pas en douceur, se complaire dans la peur que les nouvelles technologies rayeront des millions d’emplois à travers le monde et bousculeront des pans entiers de l’économie traditionnelle s’avère peu productif. 

Le revenu de base inconditionnel, tel que présenté par l’initiative soumise aux Suisses le 5 juin prochain, alimente cette crainte face au monstre technologique. Une rente sans condition ni contrepartie qui se veut un moyen de rassurer face à l’automatisation. Elle mettrait pourtant à terre un modèle helvétique qui doit à l’évidence se réformer, mais qu’il semble aberrant de remplacer. 

Le débat sur le revenu de base, passionnant, soulève aussi des enjeux de taille. Dissocier le travail du revenu relève-t-il réellement de l’impensable? Comment mesurer la création de richesses en matière de numérique, mais aussi d’activités non rémunérées qui créent de la valeur? Quel sens donner désormais au travail alors que l’emploi salarié décline et que l’entrepreneuriat, par choix ou par obligation, fait toujours plus d’adeptes, dans le digital notamment? 

Pour s’adapter à la nouvelle donne du marché du travail et prendre en main le numérique – au lieu d’en être de simples consommateurs – il est temps de se concentrer sérieusement sur la formation, élément clé de cette transition. Le Conseil fédéral a récemment annoncé une nouvelle stratégie pour mieux positionner la Suisse dans cette 4e révolution industrielle. Encore faut-il qu’il se donne les moyens d’investir, comme d’autres pays voisins l’ont fait. 

Si les chauffeurs de taxi, mineurs du Kentucky, journalistes ou avocats ne pourront pas tous s’adonner aux sciences de l’informatique, permettons aux prochaines générations d’arriver sur le marché du travail avec les meilleurs atouts en main. Le revenu de base inconditionnel n’en fait pour l’heure pas partie. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."