Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

L’UDC contre le peuple et les patrons

Les dirigeants de l’UDC prétendent sauver notre démocratie directe, notre souveraineté et notre indépendance menacées par les baillis étrangers. 

Avec leur nouvelle initiative «Pour l’autodétermination», ils poursuivent leur combat contre le Conseil fédéral, le Parlement et le Tribunal fédéral qui ignoreraient la volonté du souverain. On attend donc des chefs de ce parti qu’ils proposent des solutions concrètes pour résoudre les problèmes de conformité entre la mise en œuvre d’une décision populaire et le droit international.

Nombreuses contradictions

Or, l’initiative «Le droit suisse au lieu de juges étrangers» donne dans le flou. Elle soulève davantage de questions qu’elle n’en résout. Les juristes relèvent de nombreuses incohérences et contradictions. Le texte ne prévoit surtout aucune procédure pour faire primer la charte fondamentale. L’interprétation d’une initiative qui serait contraire aux engagements internationaux de la Suisse resterait du ressort des autorités politiques et judiciaires. 

Autrement dit, son acceptation par le peuple le 25 novembre prochain ne changerait rien par rapport à la situation actuelle. «On pourrait croire que c’est le but des initiants: pouvoir se plaindre que les autorités ne respectent pas la volonté populaire», affirme Pascal Mahon, professeur de droit constitutionnel à l’Université de Neuchâtel, dans la revue juridique Plaidoyer.

Une fois de plus, l’UDC s’enferre dans ses propres contradictions. A une année des élections fédérales, elle cherche à se rapprocher des patrons afin d’obtenir leurs suffrages. Or, son initiative plongerait la Suisse dans une profonde insécurité juridique qui affecterait son économie. Elle saperait la confiance et la réputation dont notre pays et ses entreprises jouissent à l’étranger. 

Une initiative trompeuse

Cette initiative constitue aussi une attaque contre le multilatéralisme dans un contexte où celui-ci fait face à de nombreuses attaques de la part des Etats-Unis. Pour un pays aussi fortement interconnecté à la planète que la Suisse, le multilatéralisme est un atout décisif. C’est dans un cadre de négociation le plus large possible qu’il parvient le mieux à défendre ses propres intérêts grâce aux alliances nouées avec d’autres partenaires.

L’adoption de cette initiative n’est pas non plus dans l’intérêt de la population. Une dénonciation de la Convention européenne des droits de l’homme priverait les individus victimes de discrimination du droit de recourir aux juges de Strasbourg. Ce serait une atteinte grave aux libertés fondamentales. L’UDC trompe le peuple au lieu de le servir. Elle affaiblit tout un pays. 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."