Toni Conde

CEO DE PERSONALCARE SYSTEMS

Passionné depuis son plus jeune âge par les nouvelles technologies, Toni Conde est docteur ès sc. de l’EPFL et EMBA en Innovation et Entrepreneuriat. Toni est l’inventeur d’une nouvelle architecture cognitive. Cette dernière a été développée au cours de ses recherches à l’EPFL, il a été récompensé par le prestigieux Prix de la Ville de Lausanne.

Après avoir fondé deux start-up dont une spin-off de l’EPFL et les avoir vendues à un grand groupe européen d’ingénierie, Toni en est à sa 3ème expérience de création d’entreprise et dirige en tant qu’entrepreneur social la start-up : PersonalCare Systems, dont la mission et de compenser la perte d'autonomie des personnes âgées et d'offrir un maintien à domicile en toute sécurité. Il est lauréat du concours de création d’entreprise Graines de Boss et de la Fondation NOMADS.

Il a aussi cofondé AutonomisHome.org avec son frère en 2015, une Fondation qui a pour objectif principal de rendre ou d’apporter plus d’humanité à des personnes âgées en cas de perte d’autonomie. Pour Toni, les technologies ne sont pas une fin en soi et n’ont de sens que pour l'amélioration du quotidien des gens. Enthousiasmé par les possibilités des nouvelles technologies et leur impact sur la société, et comme expert en réalité virtuelle et intelligence artificielle, principaux sujets qu'il aborde sur Bilan.ch en essayant de les vulgariser. Il est aussi l’auteur du livre « Humains Virtuels » paru en 2015.

L’Intelligence artificielle au secours de la sécurité informatique

Les menaces digitales ne cessent d’augmenter. Pour y faire face, les entreprises s’appuient sur différents outils dont des logiciels. Cependant, ces derniers ne sont pas toujours parfaits et génèrent souvent de faux positifs ! En résulte, une perte de temps et d’énergie importante. Comme nous l’avons illustré dans les blogs précédents, une fois de plus, l’Intelligence Artificielle – IA pourrait leur venir en aide.

Les spécialistes de la cybersécurité perdent au moins une quarantaine d’heures par mois à cause de systèmes inefficaces, voire inefficients. C’est la constatation bien réelle d’une étude réalisée par la société américaine LogRhythm spécialisée dans l’IA et la sécurité informatique. Cette perte de temps ralentit la découverte et la gestion des failles et des cybermenaces.

Cette même étude indique que les responsables de l’informatique dans les entreprises voient l’IA comme une solution efficace dans la lutte contre les piratages externes ou internes. Venant d’une société spécialisée dans le domaine, cette conclusion doit être prise avec précaution. Mais, elle pointe tout de même une réalité que vivent les acteurs de la cybersécurité quotidiennement et nous guide pour faire face à une telle complexité.

Elle confirme aussi que l’IA n’est pas réservée seulement aux services marketing dans les entreprises pour définir les tendances de leurs marchés ou mieux cibler leurs clients.

L’IA et la cybersécurité

Selon une 2ème étude menée par P&S Market Research, le marché mondial des logiciels de cybersécurité intégrant de l’IA pourrait peser 18.2 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2023. Il s’agit d’un marché en pleine expansion avec des estimations tablant sur un taux de croissance moyen annuel de 34.5 % entre 2018 et 2023.

Depuis quelques années, l’IA et sa sous-catégorie le Machine Learning, sont non seulement utilisés par des entreprises de sécurité pour détecter ou anticiper des cyberattaques, mais aussi pour déjouer des tentatives de fraude, comme le font les sociétés suisses NetGuardians et Nexthink. En utilisant le Machine learning, des banques, l’UBS par exemple mettent en place une détection proactive de fraudes inconnues. L’objectif est de pouvoir constituer un profil d’habitudes des clients et d’estimer un niveau de risques en temps réel pour chaque action de navigation et de transaction.

Pour la société LogRhythm, l’IA basée dans le Cloud évitera aux entreprises d’être pénalisées par des solutions logicielles déployées en interne, qui souvent ne sont pas assez performantes. L’IA dans le Cloud a le potentiel de bénéficier de millions d’implémentations clients et de l’intégration de leur expérience. Par conséquent, les analyses et les détections peuvent être plus rapides, plus précises et plus « intelligentes ». En détectant précisément les véritables menaces, l’IA permet aux entreprises de minimiser les faux positifs et d’être plus productives. 

L’expérience humaine ne remplacera pas l’IA !

Le Machine learning pourrait permettre aux équipes sécurité d’être plus efficaces même si leurs effectifs n’augmentent pas au même rythme que le volume de menaces digitales et de cyberattaques.

Avec l’IA et le Machine learning, les équipes sécurité ne seraient plus chargées des tâches répétitives ou pénibles comme l’utilisation de logiciels plus ou moins performants et optimisés. Ces missions souvent très chronophages seraient assurées de façon automatique par des outils spécialisés.

L’expérience des spécialistes serait ainsi réservée à des opérations à plus forte valeur ajoutée et pour lesquelles l’humain reste plus doué que la machine. Il serait en effet illusoire, voire dangereux, de penser que les outils de sécurité fonctionnent de façon automatique. Ils sont conçus pour faciliter les analyses mais, il faut absolument que des analystes examinent les données et puissent catégoriser les attaques subies par l’entreprise.

Reste que l’IA pourrait aussi être exploitée par des cyberpirates. Elle pourrait permettre de créer des logiciels malveillants doués d’une capacité à déjouer la surveillance des programmes de sécurité …

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."