Seydoux Jeremy Nb

PRÉSENTATEUR DU GENEVA SHOW

Depuis 2014, Jérémy Seydoux croque chaque vendredi les personnalités politiques à l’antenne sur Léman Bleu. Pied de nez amical au traditionnel Genève à chaud, le Geneva Show passe en revue pendant une heure l’actualité écoulée en compagnie d’acteurs de la société genevoise. Passionné de politique et de nouvelles technologies, Jérémy fait aussi partie de la rédaction de la chaîne qui depuis 2015 réalise ses sujets entièrement au smartphone. Il termine actuellement un bachelor en communication d’entreprise à l’ESM Genève.

L’infotainment au service de la démocratie

Depuis bientôt deux ans, le vendredi revêt une couleur particulière sur Léman Bleu. Celle d’un rendez-vous à cheval entre l’information et le divertissement. Une fameuse case d’Infotainment pour terminer la semaine que j’ai un certain plaisir à préparer.

On revient sur l’actu chaude du jour. On y reçoit aussi des acteurs de la vie publique, politique, culturelle. Et puis, on les chatouille un peu, on se permet des digressions toujours bienveillantes, on écoute ce qu’ils ont sur le coeur. En plateau ou dans nos reportages, on se permet un ton plus léger qui détonne et qui fait du bien.

Pourtant, des voix s’élèvent contre dans cet exercice qu’elles présentent comme un danger pour la démocratie. Tremblons. Monter en épingle les frasques de nos élus, isoler leurs petites phrases, les faire passer pour des clowns ou des pourris, telles seraient les funestes intentions des rendez-vous d’infotainment, habités par la volonté d’en découdre avec la démocratie. Tout un complot. Les Illuminati sont dans le coup. Mais restons sérieux, quand bien même il est difficile de le rester pour un animateur de variétés.

Je n’ai jamais estimé les donneurs de leçons. Ceux qui votent juste, qui pensent juste, pour qui la chose publique doit être un rempart contre la dérision, bien trop sérieuse pour cela, et qui dénoncent le fait qu’on puisse s’amuser des puissants. Ce ton potache donne un visage humain, imparfait, mais délicieux à la politique. Car la politique, on l’oublie parfois, est faite avant tout d’humains animés par des idées, non l’inverse. Ce qui distingue peut-être le passionné de l’opportuniste. Non seulement, les politiques - ces femmes et hommes engagés - n’ont attendu personne pour alimenter eux-mêmes les clichés qu’on leur colle parfois à raison, souvent à tort.

Mais j’ai la modeste intuition que les émissions que je présente n’ont pas la vocation à tuer notre renommée démocratie, bien au contraire. Il est arrivé que des jeunes me disent, après visionnage de l’un des épisodes des "Piafs du Conseil municipal" (fausse télé-réalité politique qui met en scène les élus de la ville en séance), avoir réveillé en eux un intérêt pour la politique. Parce qu’ils avaient ri. C’est le but.

À l’inverse, d’autres continueront à tout prendre au premier degré. Ils se gausseront des moindres faits et gestes de nos politiciens à coups de «une fois de plus», «tous pourris», «à la fin c’est nous qu’on paie», puisant dans un réservoir nauséabond de clichés, pour le coup souvent ridicules et sans fondement. Eux aussi, n’ont attendu personne, surtout pas l’Infotainment pour se gargariser d’inepties. Car au final, libre à n’importe qui de voter. Le fameux «grand coup de balai» est à portée de n’importe quel citoyen, les débats de comptoir n’ont de réel effet que dans les urnes. Mon travail ne leur est pas destiné.

Faire vivre l’actualité politique par l’humour, c’est une forme de débat à part entière. S’amuser, taquiner, parodier, ça fait partie de la vie. Et pourquoi pas de la vie politique, après tout?

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."