Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

L'immobilier se consolide à tout va

Foncia a absorbé Brolliet, après avoir fait de même avec Domicim.

Les taux sont bas et cela va durer. Et si les bourses continuent à craindre le moindre vent, les prix de l’immobilier vont continuer à fleureter avec les cimes. Le corollaire naturel à cette situation est un rendement anémique. En effet, les loyers ne peuvent pas augmenter naturellement et la tendance serait plutôt baissière. Ainsi, les rendements vont encore diminuer et toute réparation importante qui ne peut être répercutée sur les loyers transformera le revenu déjà anémique, en perte.

Seule autre solution, faire pression sur les charges. Une fois celles incombant au propriétaire réduites aux maximum, comme l’électricité des communs ou le service d’immeubles, il faut s’attaquer aux autres coûts. Le premier poste qui vient naturellement à l’esprit est celui de la régie. Par effet domino, celle-ci va essayer de réduire ses propres frais.

Pour exemple, certaines essayent de facturer aux locataires l’usage des bulletins de versement. Ce sont non seulement les frais de poste qui sont facturés aux locataires, mais aussi les frais internes. Cela reste du bricolage et ainsi, il ne serait pas surprenant que les mêmes acteurs de l’immobilier introduisent des numéros de téléphone payant.

A l’image d’une banque, une régie gère des portefeuilles immobiliers, composés d’un ou de plusieurs actifs. Comme dans le milieu bancaire, les marges baissent et la demande de compétences augmentent en même temps que les procédures administratives. Des professionnels de la gérance misent sur une consolidation de leur portefeuille et se détournent de la course à la réduction des honoraires de gérance.

Certains régisseurs estiment même qu’un downsizing est une solution pour donner un meilleur conseil personnalisé à leurs clients, à l’image d’un Family Office. Finalement, des régies en rachètent d’autres pour miser sur des économies d’échelles et investir plus massivement dans des solutions technologiques pour répondre aux demandes d’optimisation des charges des propriétaires.

Le phénomène est accentué par la question de la transmission d’entreprises. En effet, certaines sont en mains privées, souvent dans celles de peu d’hommes vieillissants, et sans dignes successeurs. Alors, la consolidation est une solution.

Le monde des régies va continuer sa mue, à l’image de celui des banques, avec ses consolidations.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."