Jean Philippe Buchs

JOURNALISTE À BILAN

Journaliste à Bilan depuis 2005.
Auparavant: L'Hebdo (2000-2004), La Liberté (1990-1999).
Distinctions: Prix Jean Dumur 1998, Prix BZ du journalisme local

L’immigration, planche de salut des Européens

En quelques mois, l’immigration est devenue la principale préoccupation des Européens devant la situation économique, le chômage et les finances publiques. Selon cette enquête effectuée auprès de 31 000 personnes, celle-ci figure largement en tête à Malte (65%), en Allemagne (55%) et en Italie (43%). La raison première de l’afflux de migrants reste encore et toujours la guerre et la violence qui secouent le Moyen-Orient et l’Afrique du Nord.

Face à cette situation qui affecte particulièrement l’Italie, l’Union européenne (UE) a montré son incapacité à se répartir les migrants. A l’instar de la Hongrie et de la Grande-Bretagne, elle cherche à se barricader. Les insultes à l’égard des étrangers inondent les réseaux sociaux en toute impunité. Le climat social et politique a rarement été aussi délétère dans une Europe qui doute d’elle-même et qui craint l’avenir. Le Vieux Continent n’a jamais aussi bien porté son nom!

L’immigration est pourtant la seule planche de salut de l’UE à moyen et à long termes. Selon des économistes, la crise qui secoue plusieurs membres de l’UE depuis 2008 a des racines démographiques. Les naissances ne sont pas assez nombreuses, alors que le nombre de personnes âgées continue de croître. Les prévisions sont mauvaises. La population active de l’UE devrait reculer des 336 millions en 2010 à 300 millions en 2030. Pendant la même période, les seniors augmenteront de 87 à 123 millions. Une équation qui met en péril l’économie européenne.

La situation est aussi inquiétante en Suisse en dépit de l’afflux de travailleurs européens lié à l’Accord sur la libre-circulation des personnes entre notre pays et l’UE. Avec 1,5 enfant par femme, le taux de reproduction de la population est insuffisant. De même, comme le rappelle une brève étude du Secrétariat d’Etat à l’économie publiée dans les Tendances conjoncturelles, «la proportion de personnes en âge de travailler par rapport à celles ayant atteint l’âge de la retraite s’est réduite en Suisse de 6 à 4 environ durant les dernières décennies. Des différences très importantes s’observent cependant entre la population suisse et la population étrangère. Durant la dernière décennie, le rapport était au sein de la première d’environ trois personnes en âge de travailler pour un retraité, contre huit à un au sein de la seconde.»

Dans ce contexte, l’immigration constitue une chance pour l’avenir du Vieux-Continent et de la Suisse à condition que leurs dirigeants politiques prennent conscience du déclin démographique qui sape les fondements de la prospérité.

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."