Emilyturrettini

CHRONIQUE INTERNET

De nationalité américaine et suisse, Emily Turrettini publie une revue de presse sur l'actualité Internet depuis 1996 et se passionne pour les nouvelles tendances.

L’autoportrait ou "Selfie", un phénomène global

L’autoportrait, une forme artistique reconnue et pratiquée par de grands artistes comme Jan van Eyck, Van Gogh et Andy Wharhol, connaît un engouement planétaire grâce aux téléphones portables dotés d’une caméra intégrée.

Les photos dont les poses souvent étudiées - tête légèrement inclinée, la bouche en coeur, les yeux fixés sur l’objectif - sont en général téléchargées instantanément sur Facebook, Instagram ou Twitter comme une affirmation de soi ou en quête d'une approbation collective. Dans notre culture obsédée par la célébrité, chacun peut devenir son propre paparazzo.

Cette forme d'autoportrait baptisée « selfie » en anglais et décrite longuement par The Guardian est apparue dès le lancement des premiers caméraphones. Aujourd'hui, sur le site de partage Instagram qui compte 100 millions d'utilisateurs, 23 millions de photos ont été publiées avec le hashtag « #selfie  et 70 millions avec #me.

Des stars comme Justin Bieber, Rihanna et Kim Kardashian mènent le bal. D'autres personnalités ont été prises en flagrant délit comme les filles d'Obama, Sasha et Malia, lors de l'inauguration du président, Hillary et Chelsea Clinton ou encore l'astronaute Aki Hoshie depuis la Station Spatiale Internationale. Et sûrement, à un moment donné, vous et moi.

Au Japon, à des endroits pittoresques, on trouve même des stands destinés à tenir un caméraphone pour permettre aux touristes de se prendre plus facilement en photo.

Souvent, le « selfie » ne présente pas une image très fidèle à la réalité, l'utilisation de filtres sublime et améliore le résultat. Le fabricant de téléphones chinois Huawei l'a bien compris et annonce pour bientôt un nouveau modèle dont la caméra intégrée sera dotée d'un logiciel (« Instant Facial Beauty Support ») qui permettra de retoucher immédiatement une photo pour réduire les rides et égaliser la tonalité de la peau.

Pour la psychiatre californienne Carole Lieberman, la popularité des « selfies » est la parfaite métaphore de notre culture narcissique. C’est notre façon de hurler “REGARDEZ-MOI!” autour de nous.

Le Dr Pamela Rutledge est plus indulgente. Dans la revue Psychology today, elle dit considérer les « selfies » non pas comme de l’égocentrisme mais plutôt comme une manière de se présenter sous son meilleur jour, de se faire connaître et renforcer positivement son image de soi. Ou encore un moyen de se voir comme les autres nous voit.

Un exercice de vanité? Pas pour Rebecca Brown, une étudiante à Birmingham de 23 ans qui se prend en photo chaque jour et pour qui l'auto-portrait est une forme d'exploration personnelle et un journal de bord visuel.

Un moyen pour se faire repérer ? C’est possible. Selon le journal Le Soir, une agence de mannequin britannique a publié en juillet une annonce sur les réseaux sociaux « demandant aux aspirants mannequins d’envoyer leurs « selfies »  pour décrocher un contrat et devenir le nouveau visage d’un festival de musique ». En un mois, l’agence a reçu plus de 3,000 portraits.

La suite? Le « selfie 3d ».  Déjà populaire parmi les adeptes des imprimantes 3D. Un logiciel de modélisation traite la photo et l'imprimante fabrique par couche successive, une mini version de soi – en 3D.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."