Nivez C Photoa

JOURNALISTE

Journaliste en France depuis 1990, d’abord comme reporter et journaliste dans le secteur de la musique, puis dans les nouvelles technologies, internet et l’entrepreneuriat. Après 20 ans en France, j’ai migré en Suisse et à Genève ou je vis et travaille désormais sur ma nouvelle passion: l’alimentation et la santé.

J’ai fait l’essentiel de mon parcours dans l’audiovisuel français (France Inter, France Info, Europe1, ou encore Canal+). Désormais journaliste freelance en Suisse, j’ai signé une série d’articles pour le quotidien suisse-romand Le Temps et travaille désormais pour BILAN où je tiens la rubrique mensuelle « Santé & Nutrition ».

Vous pouvez aussi me retrouver sur mes blogs : www.suisse-entrepreneurs.com, galerie de portraits des entrepreneurs que je côtoie en Suisse, et sur LE BONJUS mon nouveau blog consacré aux jus et à l’alimentation.

L'alcool pendant les fêtes

Comment gérer les excès de table incontournables en fin d’année ? J'ai posé la question à plusieurs spécialistes et professionnels de la nutrition, j'ai aussi lu de nombreuses publications... Je compile dans 3 articles (celui-ci et 2 autres à venir) l’essentiel des conseils des pro pour mieux maitriser et ménager notre système digestif pendant les fêtes !

On commence par l’alcool… Comment gérer sa consommation d’alcool au mieux pendant les fêtes et ne pas tomber la tête lourde, dans des excès qu’on regrette aussitôt ? Souvenez-vous que :

1. L’alcool déshydrate. Après une soirée arrosée, il peut arriver d’avoir la bouche sèche et d’être assoiffé le lendemain. Car le saviez-vous ? : l’alcool perturbe l’activité d’une hormone dont la fonction est de réguler les reins. En présence d’un taux d’alcool trop important dans le sang, les reins se mettent à évacuer de plus en plus d’eau et plus rien ne les arrête. On élimine trop par les urines, l’équilibre hydrique est rompu et le corps se déshydrate. La solution ? Boire avec modération bien sûr, mais surtout boire autant d’eau (si possible minéralisée) que d’alcool. Pour chaque verre d’alcool bu, ajouter son équivalent voire le double en eau, juste avant ou après. Cela limitera la déshydratation d’une part, et diluera aussi votre envie de boire. Si vous n’avez pas réussi à le faire, le lendemain adoptez le plan d’attaque en consommant beaucoup d’eau mais aussi des minéraux : le bouillon de légumes fait des merveilles. Tout comme les jus de légumes verts ou rouges : allez-y franchement, buvez des légumes, hautement minéralisés. Quelques recettes sont sur mon blog Le Bon Jus.

2. Hommes et femmes face à l’alcool : encore une inégalité. L’alcool est plus soluble dans l’eau que dans la graisse. Plus nous avons d’eau dans notre corps, mieux on supporte l’alcool. Or, on sait qu’à poids égal, l’eau représente 68% du poids du corps chez l’homme, contre 55% du poids chez la femme. Conclusion : le taux d’alcool sera plus élevé dans le sang de la femme que dans celui de l’homme à poids égal et avec la même consommation d'alcool. Si on absorbe moins bien on élimine aussi moins bien. Mesdames, adoptez la modération, modération…

3. Pas de mélanges ! Coupe de champagne à l’apéritif, vin blanc en entrée, vin rouge au plat, vin sur maturé au fromage et digestif après le dessert. La catastrophe est proche. Mélangez le moins possible les alcools. Limitez-vous à 2 alcools différents, 1 seul alcool étant encore mieux. Plus vous consommez d’alcools différents, plus les maux de tête seront au rendez-vous le lendemain. Un autre indice qui ne trompe pas : si votre haleine sent encore l’alcool, 10 ou 15 heures ou même 24h après la fin de la consommation d’alcool, c’est que votre foie est saturé, les poumons prennent le relais, signe d’excès.

4. Buvez le ventre plein : ne commencez pas le réveillon en buvant de l’alcool le ventre vide. Mangez une collation rassasiante 1h avant l’apéritif : un morceau de fromage, 1 tartine de pain, du chocolat (noir à 70% de cacao). Faites une vraie collation de bonne nourriture saine juste avant de démarrer les festivités. Cela vous évitera de vous jeter sur les petits fours ou les cacahuètes d’une part, de pouvoir attendre le repas en toute sérénité. Avec le ventre rassasié, l’alcool mettra plus de temps à passer dans le sang et vous tiendrez mieux et plus longtemps.

5. Oui, l’alcool fait grossir : 7 calories par gramme d’alcool. On estime que dans 1 dl de vin rouge, il y a 12 grammes d’alcool pur soit une moyenne de 84 calories par verre de vin (1 dl). Faites le calcul : avec 4 verres de vin (limite maximum recommandée à ne pas dépasser chez l’homme), vous buvez déjà 336 calories si ce n’est plus (avec les alcools forts et les cocktails qui sont encore plus caloriques). On sait que l’alcool diffère de plusieurs heures la combustion des acides gras et favorise l’accumulation de graisses notamment au niveau de l’abdomen. Messieurs : plus vous buvez, plus vous risquez de gonfler votre brioche.

Je vous donne rendez-vous la semaine prochaine ici-même. Nous verrons comment gérer au mieux les excès de table pendant les fêtes. Puis fin décembre, nous verrons comment « débuter l’année léger… »

D'ici là, bons diners pleins de plaisir, de partages et de lendemain légers...

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."