Consultant

Après une carrière comme officier de renseignement, Yves Baeumlin a dirigé dans les années 90 la célèbre agence Kroll à Paris, pionnière de l’intelligence d’entreprise. Actif dans ce domaine depuis 1997 au sein de la société genevoise Redmont-Advisory SA, il fournit des informations stratégiques aux entreprises.

Kroll, une histoire de “business intelligence”

Il y a 25 ans, personne ne savait ce qu'était la "business intelligence" (BI), soit le renseignement au service de l'entreprise. Pourtant, à New York, à la fin des années 80, la bataille des fusions-acquisitions sauvages faisait rage. Des entreprises se retrouvaient souvent les proies de prédateurs tels que ceux du film "Wall Street" ou "Le liquidateur", raiders sans foi ni loi qui fondaient sur elles pour les dépecer.

Un homme s'est fait un nom à Wall Street à cette époque: Jules Kroll. Il aidait les victimes à se défendre et à faire échouer bien des OPA hostiles avec des informations confidentielles au détriment des raiders. Les victimes utilisaient tout ce qu'elles trouvaient sur leurs prédateurs par l'intermédiaire de Kroll, pour exposer sur la place publique toutes leurs irrégularités, coup bas, et autres fraudes dans le but de faire capoter le deal hostile.

Ancien procureur adjoint de New York, Jules Kroll était un des premiers à comprendre la valeur de l'information "corporate" pour attaquer ou se défendre. La "business" ou "corporate" intelligence était née. Par la suite, on a structuré cette activité pour en faire un outil quotidien au service des entreprises. Kroll s'est étendu à travers le monde en recrutant des "corporate investigators" qui, bien qu' "enquêteurs" n'avaient rien à voir avec le détective. Celui-ci devait connaître le monde de l'entreprise comme personne d’autre. Un esprit de flic non pour traquer les vices personnels, mais pour détecter toute activité illicite dans une entreprise, et utiliser cette info à son avantage ou pour sa propre défense.

"Due diligence"

La "due diligence" consiste à récolter un maximum d'informations ciblées sur un partenaire, cadre dirigeant, marché potentiel, sous-traitant, concurrent etc. Avant Internet il y a vingt ans, c'est-à-dire la préhistoire, les infos devaient être glanées sur le terrain, dans les bibliothèques, archives, jusque dans les poubelles. Le web a sonné le glas de la "due diligence" pour les boîtes de BI car chaque entreprise s'est mise à chercher elle-même les infos sur la Toile. Par contre, la prolifération des systèmes informatiques a développé une nouvelle criminalité et la crise économique a boosté l'inventivité des escrocs.

Aussi, l'intelligence économique possède non seulement un côté préventif basé sur les vérifications préalables, mais aussi de nombreux aspects curatifs pour l'entreprise. Quand l'économie mondiale va bien, on peut prendre son pouls avec le niveau d'activités préventives des "limiers corporate" qui identifient les cibles d'acquisition. Quand l'économie est en crise, comme c'est le cas actuellement, ce sont surtout les experts en fraudes de tout genre qui sont sur le devant de la scène avec les spécialistes informatiques.

Dans un prochain billet, nous parlerons des autres applications de l' ”intelligence” au service de l'entreprise.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."