Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

JUSTICE/Un accord met fin à une incroyable affaire de faux Rothko

Crédits: AP

Je ne sais pas si vous l'avez remarqué. Journalistiquement, les histoires n'ont pas de début, et surtout aucune fin. Allez savoir comment les choses se sont terminées, pour autant qu'il y ait eu une issue, honorable ou non. Seul compte ce que les Anglo-saxons nomment le «climax». 

Il existe pourtant des exceptions. En octobre 2014, je vous racontais une affaire de faux Mark Rothko (1903-1970), dont le «Tagesanzeiger» avait déjà fait ses choux gras en avril de la même année, signalant au passage qu'un conservateur de musée zurichois y était mêlé. J'avais un peu attendu la suite. Elle a fini par révéler un trafic particulièrement astucieux. Knoedler, une des plus grandes galeries new-yorkaises, qui a abruptement fermé boutique en 2011, a mis en circulation des toiles prestigieuses: Rothko, mais aussi Robert Motherwell, Clyfford Still ou Barnett Newmann. Knoedler les avaient obtenues auprès d'une certaine Glafira Rosales de Long Island, inconnue dans le monde de l'art. Cette dame prétendait les détenir d'un mystérieux propriétaire suisse.

Le Chinois, faussaire exploité 

Eh bien tout était faux! Pas de Suisse, pas de vrais tableaux, mais de très habiles variations sur des thèmes connus. Elles étaient exécutées sur la commande du compagnon de Glafira par un Chinois du Queens, Pei-Shen Qian. Ce dernier était payé au lance-pierre. Cinq cent dollars pour un tableau ensuite revendu des millions. Pour vous donner une idée, en novembre 2014, Sotheby's est ainsi parvenu à écouler deux Rothko, authentiques ceux-là, pour un prix couplé de 76,5 millions de dollars. Domenico De Sole, le cerveau de Gucci jusqu'en 2004 avait ainsi acquis son Rothko (faux) pour 8,3 millions de dollars cette année-là (1). 

Le procès vient d'avoir lieu à Manhattan. Les propriétaires de Knoedler ont plaidé la bonne foi. Ils s'estiment eux aussi victimes. Ils avaient pour eux les experts. En faisait partie le conservateur suisse dont je vous parlais plus haut. Un monsieur qui leur avait vendu son avis positif 300.000 dollars, ce qui fait tout de même beaucoup. De Sole et son épouse ne l'entendaient pas de cette oreille. «Nous sommes venus dans la meilleure galerie américaine. Nous n'avons pas été imprudents.» Bref, le couple voulait 25 millions de dollars en dommage intérêt. «Knoedler est lié à un racket.»

Accord à l'amiable 

Tout a fini par s'arranger. Le juge a parlé d'"évolutions inattendues". Un accord a été trouvé le 10 février 2016. Les termes en restent inconnus, mais il éteint les poursuites entamées. Les De Sole se déclarent «très satisfaits». Madame Rosales, elle, ne pouvait plus décemment jouer les innocentes. Elle a plaidé coupable en 2013. La sentence n'a toujours pas été prononcée. Pei-Shen Qian, l'artiste et lampiste chinois, est en fuite. Dans son pays d'origine, sans doute, mais nul n'en sait rien. On reste aussi sans nouvelles du conservateur helvétique, bien évidemment viré, et qui reste par ailleurs un homme très sympathique. Il faut dire qu'il a eu le malheur d'avoir garanti le Rothko acheté par un roi des casinos de Las Vegas. Un homme par ailleurs spécialisé dans l'«ultimate fighting». Dans quel monde vivons-nous 

Comme je tiens à ma sécurité personnelle, je dirai que j'ai puisé une partie des renseignements (le procès Del Sole) à Stéphane Lauer, journaliste pour «Le Monde» à New York. Ce sera tout pour aujourd'hui.

(1) Domenico De Sole fait partie de la nébuleuse Sotheby's depuis le 1er juillet 2013.

Photo (AP): Domenico et Eleanore De Sole en représentation-

Article intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."