Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

JUSTICE / Des héritiers de Peggy Guggenheim se fâchent

La tempête est judiciaire. Elle apparaît surtout médiatique. L'art n'existe aujourd'hui pour la presse qu'en cas de scandale. Surtout si un nom connu s'y voit associé. C'est bien sûr le cas avec Peggy Guggenheim. Si "la dernière dogaresse" s'est éteinte à 81 ans en 1979, il existe toujours son musée vénitien, visité par 380.000 personnes en 2013. 

Que se passe-t-il donc? En bien il y a un nouveau procès, après celui des années 1990, perdu par les mêmes requérants. L'affaire se révèle identique. Pour certains descendants de l'excentrique milliardaire (mais pas tous!), sa collection et son palais, dont la gestion se voit confié à la Salomon Guggenheim Foundation de New York, connaîtraient de graves dérives. L'ensemble des tableaux, considéré comme un tout par Peggy, se verrait dénaturé par la présence d’œuvres d'autres provenances. Depuis 2012 surtout, il y a la présence du legs d'Hannelore et Rudolf Schulhof, riche de 80 pièces plus récentes: Anselm Kiefer, Frank Stella, Cy Twombly... De quel droit une plaque modifie-t-elle l'appellation du musée en y associant ces deux mécènes d'une nouvelle génération?

Une plainte voulue désintéressée 

Emise par les descendants français de la fille de Peggy, la plainte se veut désintéressée. Il n'y a pas de féroces avocats américains derrière. Vous connaissez ces derniers. Si vous les jetez dans une mer infestée de requins, ce sont ces derniers qui finissent dévorés. Il faut aussi dire que les petits-enfants de Peggy ne constituent pas forcément ses héritiers. Comme le permet la loi états-unienne, la Vénitienne d'adoption avait pratiqué un choix successoral. 

Que veulent alors les petits-enfants? La remise en état des lieux. La Collection doit éliminer ce qui n'en fait pas partie. Ou alors le mettre ailleurs. Il faut évacuer les Schulhof qui, selon le site de la Collection, connaissaient pourtant Peggy depuis 1954, Hannelore figurant au "board" de la Collection vénitienne de 1980 à sa mort en 2012. Une hargne particulière des plaignants va aux sculptures données par Patsy et Raymond Nasher. Comme elles se trouvent dans le jardin, à côté de la tombe de Peggy, elles constitueraient une "violation de sépulture".

Décision le 2 juillet 

Les juges français sont entrés en matière le 21 mai. Ils rendront une première décision le 2 juillet. Sont-ils compétents en la matière? L'affaire suivra ensuite son cours. Puis ses recours. Il semble douteux que les demandeurs obtiennent raison. Le faut-il d'ailleurs? Il convient qu'un musée reste vivant, surtout s'il s'intéresse à l'art moderne. Le cas d'une institution comme le Musée Condé de Chantilly, où même les modifications d'accrochage se voient prohibées, tient de la momification de cadavre. Et puis, la Collection Schulhof va très bien ici, même s'il semble bon que ce Guggenheim puisse une nouvelle fois s'agrandir après l'achat, il y a quelques années, de l'ex-consulat américain voisin afin de pouvoir organiser des expositions temporaires. 

Cela dit, j'ai fait ma visite approfondie. Cet été, au bord du grand Canal, il n'y a comme par hasard que des tableaux de Peggy Guggenheim dans le palais, ceux des Schulhof se trouvant dans une aile sur le jardin. Bien séparée... Photo (DR): Peggy Guggenheim dans sa gondole privée. Années 1970.

Ce texte intermédiaire est lié à celui qui suit. Il porte sur l'actuelle exposition proposée par la Peggy Guggenheim Collection.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."