2017 Portraits Julien Ld 1

L'organisologue

Julien Gueniat est le fondateur de l’Organisologie et l’auteur du livre «2h chrono pour mieux m’organiser». Il aide les entrepreneurs et les dirigeants à organiser l’essentiel pour avancer rapidement sur leurs projets sans se tuer au travail.

"On a toujours fait comme ça... pourquoi changer?!"

On pense prendre des décisions rationnelles alors qu'on est constamment biaisé.

C'est l'une des caractéristiques de notre cerveau de prendre des raccourcis pour naviguer dans la complexité de notre environnement (on va pas lui en vouloir de nous faciliter la vie... le truc c'est que parfois il simplifie un peu trop).

Un autre biais fréquent consiste à garder les choses telles qu'elles sont ou de changer le moins possible.

Il s'agit du piège du statu quo.

Et cela rejoint la loi du moindre effort.

Choisir, décider, cela demande un effort et en plus c'est risqué. Alors que le statu quo beaucoup moins (à priori).

(Note perso: jusqu'à ce que l'on comprenne que chaque décision ou non-décision comporte des risques.)

Ne pas suivre le choix du statu quo c'est prendre le risque de se tromper, de subir des critiques et d'avoir des regrets.

Et plus on est nombreux à choisir le statu quo, plus il est difficile de quitter le statu quo, car la responsabilité se dilue au sein du groupe (ou au sein de plusieurs politiciens qui doivent se mettre d'accord sur des mesures à prendre).

Donc on cherche des raisons de ne rien faire.
 Et on est vraiment bon à se duper.

Plus vous avez de choix, plus le statu quo est attirant (car plus la prise de décision est difficile).

Que faire contre le statu quo?

1. Se souvenir que le statu quo est une décision qui comporte aussi des risques. Surtout dans un environnement en perpétuel mouvement (selon la loi de l'entropie tout se désorganise)

2. Toujours se souvenir de vos objectifs et voir à quel point le statu quo sert ou dessert la réalisation de ceux-ci.

Vous vous rendrez peut-être compte que le statu quo vous empêche d'avancer.

3. Ne jamais considérer le statu quo comme la seule alternative.

Vous avez toujours le choix, mais chaque choix comporte un prix à payer.

4. Demandez-vous quelle alternative vous prendriez si le statu quo n'était pas disponible.

(Ce point là est une vraie petite bombe!)


5. Évitez d'exagérer l'effort ou le coût impliqué dans le non statu-quo.

6. Si vous avez plusieurs alternatives bien meilleures que le statu quo et que vous êtes est paralysé par le choix, forcez-vous littéralement de choisir.

Choisir libère. 

Surtout lorsqu'il s'agit de choix cornéliens...

Demain... vous découvrirez le piège des coûts irrécupérables.

Julien

PS:

Vous aimez ce que vous lisez, aidez-moi à créer du contenu en lien à la prise de décision: cliquez ici pour répondre à la première question.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."