Antoine Verdon

ENTREPRENEUR ET INVESTISSEUR, ZURICH

Antoine Verdon crée sa première société, Sandbox SA, après des études de droit à Fribourg et à Saint-Gall, puis dirige un fonds d'investissement basé à Zurich, actif dans les fintechs. Il conseille actuellement plusieurs banques en matière de digitalisation et lance un nouveau projet à l'intersection de la technologie et du secteur juridique. En 2010, il est nommé par le magazine L'Hebdo parmi les « 100 personnalités qui font la Suisse romande ».

Joylent: la nouvelle nourriture quantifiable

Crédits: Antoine Verdon

 

Un ami m’a récemment offert un paquet de Joylent, une poudre qui se mélange avec de l’eau pour créer un aliment liquide. Il ne s’agit pas d’un supplément alimentaire, mais d’un réel substitut. Si le produit est principalement présenté comme une façon de remplacer ponctuellement un repas, rien n’empêche de le prendre à plus haute fréquence. Du reste, sur internet, ce ne sont pas les récits qui manquent de personnes pour qui Joylent devient la principale, voire l’unique source d’alimentation (les plus extrêmes vont jusqu'à renoncer à la dinde de Noël).

Aussi absurde que cela puisse paraître, Joylent a plusieurs avantages: de temps, tout d’abord. Plus besoin de pause-déjeuner, le repas peut se prendre comme on boirait un smoothie.

De prix, ensuite: un repas coûte moins de deux francs, difficile de manger un repas équilibré pour moins. D’énergie, car on mange ni trop, ni pas assez et on ne se sent pas lourd ou fatigué. De nutrition finalement: Joylent est censé contenir tout les éléments nécessaires à une alimentation saine.

Si on venait à constater qu'un produit comme Joylent remplace effectivement une alimentation traditionnelle, ces repas particulièrement bon marché et stockables pendant des mois pourraient avoir un impact très important dans un monde touché par de nombreuses crises alimentaires. Dans nos vies quotidiennes également, une nourriture équilibrée sous forme liquide pourrait être préférée par certains à toute une série de repas dont le but principal est de s’alimenter - qui ne préférerait pas un bon shake à la fraise aux pâtes trop cuites de la cantine?

Il y a bien sûr le risque d’une nourriture à deux vitesses: on imagine facilement les plus défavorisés qui certes mangent à leur faim et sont en parfaite santé, mais s’alimentent d’une poudre uniforme matin, midi et soir, alors que des privilégiés connaissent encore le plaisir d’un repas partagé et le goûts des différents produits.

Un argument essentiel va pourtant provoquer l’adoption de ce type d’alimentation dans les milieux favorisés également: chaque sachet de poudre est identique au précédent et on en connaît la composition au gramme près. Il devient donc possible de quantifier son alimentation à 100%.

Vous êtes-vous déjà demandé à quoi servaient les rubriques « manganèse » et « phosphore » dans l’application Apple Health? Elles pourront bientôt être remplies de façon automatique par une application traquant vos commandes de nourriture. Après l’activité en ligne, les déplacements géographiques et les efforts physiques, c’est une des dernières parts d’ombre pour nos trackers qui pourraient tomber avec un tel produit.

A quand un rabais de prime d’assurance pour les personnes qui s’engagent à ne consommer que des shakes au chocolat, garantie d'une alimentation équilibrée? De tels modèles existent d’ores et déjà avec les trackers de fitness (ex. l’assurance américaine Oscar, qui donne un rabais aux assurés qui en font usage).

Dans le futur, les personnes obsédées par leur santé pourront donc utiliser ce type de produits afin de quantifier et de tracker précisément leur alimentation. Et de même que les végétariens trouvent la consommation de viande éthiquement inacceptable, je pense aussi qu’on verra apparaître des personnes qui trouvent moralement contestable de se nourrir de façon traditionnelle, car ils considèreront cette forme d’alimentation comme égoïste (trop de produits jetés à la poubelle) et trop peu saine (source de coûts supplémentaires pour la collectivité).

Le « quantified self » est une tendance de fond qui n’en est qu’à ses débuts.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."