Joan Plancade

JOURNALISTE

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Une guerre à deux vainqueurs

Etats-unis Plus Trump critique la presse, mieux elle se porte. Le 18 février, au lendemain de l’attaque en règle du président américain contre les médias, fustigeant les prétendues «fake news» diffusées à son encontre, les grands quotidiens faisaient leurs choux gras de l’invention surréaliste d’un attentat en Suède par Donald Trump pour bien rappeler que la vérité était de leur côté. La presse américaine explique d’ailleurs la hausse record des abonnements enregistrée depuis l’irruption de Trump dans le paysage politique, par le «besoin de faits vérifiés». Les médias retrouveraient leur pleine légitimité de contre-pouvoir, au service du rétablissement de la vérité. Une entrée dans l’âge de d’or du «fact checking» – contrôle des faits – qui ouvrirait la voie à un retournement de l’opinion.

Peu probable cependant que les anciens ouvriers déclassés de la «ceinture de rouille» – pour qui la réalité d’un attentat dans la lointaine Scandinavie reste accessoire pour peu qu’on défende leurs intérêts – constituent le gros des 300 000 nouvelles souscriptions au «New York Times». Au contraire, au travers des dénonciations quotidiennes des errements du président, la presse perpétue le sentiment d’acharnement médiatique d’une «élite», qui a largement contribué à son accession au pouvoir.

Dans l’opposition en revanche, à l’heure où l’affrontement Trump-médias tend à se substituer au traditionnel républicains-démocrates, s’abonner, c’est militer sans l’avouer. Derrière le supposé «culte du fait», les éditoriaux sont là pour conforter l’électorat de la côte est et de la Californie dans ses opinions. La guerre profite donc aux deux belligérants, aucune raison d’y mettre fin.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."