Joan Plancade

JOURNALISTE

Diplômé du master en management de l’Ecole supérieure de Commerce de Nantes, Joan a exercé pendant sept ans dans le domaine du recrutement, auprès de plusieurs agences de placement en France et en Suisse romande. Collaborateur externe pour Bilan, Il travaille en particulier sur des sujets liés à l’entreprise, l’innovation et l’actualité économique.

Cryptoenthousiastes: le retour sur terre

Ils ont entre 20 et 35 ans et ne quittent plus leur cryptomonnaie favorite des yeux. Arrivés par légions sur le marché entre octobre et décembre quand le bitcoin prenait 20% par semaine, ces «cryptoenthousiastes» de la dernière heure ont créé leur portefeuille via une application mobile, et consultent les cotations sur les plateformes spécialisées avec la même compulsion que sur les réseaux sociaux. Support, résistance, la terminologie de l’analyse technique est maniée à l’emporte-pièce par des analystes improvisés, suivis avec ferveur par des communautés d’adeptes béotiens. Et peu importe que beaucoup d’entre eux ne saisissent que très sommairement les ressorts technologiques de leurs investissements, leur foi inébranlable les entraîne vers les projections les plus folles qui en feraient des millionnaires en six mois.

Les opportunistes ne s’y trompent pas, vendant un jour Iota, le lendemain Ripple comme le «nouveau bitcoin», relayés par une sphère médiatique soucieuse de ne pas rater la vague. Manichéisme oblige, dans l’autre sens, financiers et politiques versent dans le cryptoscepticisme alarmiste, annonçant tantôt un feu de paille qui ne repose sur rien, tantôt son contraire, c’est-à-dire un péril pour la survie des Etats et l’équilibre de l’économie. Du côté des banques, menacées de disruption, on oscille entre peur et déni, dénonçant le Mal dans les colonnes des journaux, tout en préparant discrètement ses propres solutions blockchain.

Dans cet emballement irrationnel, on en oublierait presque que, davantage que des produits spéculatifs, cryptomonnaies et jetons sont avant tout des éléments techniques, les rouages de la blockchain, cette révolution technologique naissante mais bien réelle. La correction marquée du marché depuis la mi-janvier sonne l’heure du retour sur terre. Des arnaques avérées, comme le schéma de Ponzi Bitconnect ou encore Plexcoin et sa levée de fonds frauduleuse éclatent au grand jour, alourdissant les pertes des «cryptocrédules».

Pendant ce temps, les projets sérieux avancent dans l’ombre. Identité digitale sécurisée, e-voting, transactions financières, traçabilité, internet des objets, gouvernance décentralisée, la blockchain gagne les entreprises et les administrations. La baisse marquée des cours, si elle devait se poursuivre, ne condamnerait pas plus la blockchain que l’éclatement de la bulle dotcom en 2002 n’a tué internet. Elle annoncerait simplement le moment du grand nettoyage. La projets les plus solides survivraient, de nouveaux naîtraient.

Dans ces conditions, miser sur n’importe quoi ne suffira plus en 2018 pour voir son capital décupler. Avant d’investir, il faudra comprendre, lâcher les graphiques pour s’intéresser à la technologie. Avec l’espoir d’identifier les perles qui modèleront la sphère numérique de demain.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."