Jean Charles Estoppey

MÉDECIN ET VIGNERON, MEMBRE DE TERRES DE LAVAUX À LUTRY

Après obtention d’une maturité fédérale en 1970 au gymnase de la Cité à Lausanne, Jean-Charles Estoppey obtient son diplôme de médecin à l'Université de Lausanne en 1977. Installé comme médecin de famille à Cully en 1983, il exerce désormais cette activité à 60% du temps. Depuis 1992, il a en effet partiellement repris le domaine viticole familial à Lutry, l'agrandissant progressivement, modernisant les modes de culture de la vigne, adhérant aux principes de la viticulture intégrée, élargissant l’encépagement. De 2000 à 2020, il a présidé Terres de Lavaux à Lutry, avec notamment l'instauration d’une démarche qualité très incitative pour les vignerons, des changements majeurs au niveau de l’image de l’entreprise, une stratégie axée sur la clientèle privée et la restauration, et dès 2013 la mise en pratique d’un concept de viticulture biologique adaptative, non dogmatique et évolutive en fonction des connaissances les plus récentes.

Viticulture: un message positif

  • Crédits: JCEstoppey
  • Crédits: JCEstoppey

L’ouverture, le 16 octobre dernier, à Manhattan, New York, du «The Lavaux Swiss Wine and Fondue Bar» par Titouan Briaux, 5ème génération du Domaine Chaudet à Rivaz et le sous-signé pour Terres de Lavaux à Lutry, représente un message à la fois positif et symbolique pour l’ensemble de la viticulture suisse, qui affronte une période particulièrement difficile.

Positif car il rompt avec le côté déprimant des constats malheureusement devenus habituels mais ô combien justifiés des problèmes du marché du vin. Et l’impact médiatique important de cette ouverture montre bien l’intérêt de ce genre de nouvelles.

Symbolique car il est emblématique de la créativité entrepreneuriale, des idées innovantes de très nombreux vignerons et maisons de vins en Suisse qui cherchent et trouvent des moyens de maintenir voire de développer leurs activités. La survie non seulement des entreprises viticoles mais aussi, on l’oublie souvent, des vignobles eux-mêmes, véritable patrimoine national dont le vignoble de Lavaux représente l’exemple par excellence, va dépendre pour une bonne part de ces initiatives et de leur impact sur le marché du vin.

Redonner envie aux consommateurs suisses de s’intéresser aux vins de ce pays est un des enjeux majeurs des campagnes de promotion en cours via Swiss Wine Promotion ou les Offices cantonaux de promotion des vins. A ce titre on se prend à envier l’état d’esprit des New Yorkais, notamment des habitants du West Village de Manhattan où se situe «The Lavaux Swiss Wine and Fondue Bar», dont la curiosité et l’enthousiasme pour la découverte des vins suisses et notamment des chasselas est impressionnante et prometteuse. Alors qu’on aurait pu penser, qu’habitués aux vins ultra-riches et souvent très boisés de Californie, ils auraient été difficiles à convaincre de l’intérêt de la finesse et de l’élégance de nos chasselas de Lavaux, c’est tout le contraire qui se produit: beaucoup se passionnent pour leurs nuances de terroirs. Puissent nos cousins alémaniques faire la même démarche de redécouverte des produits de nos vignobles suisses.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."