Jean Charles Estoppey

MÉDECIN ET VIGNERON, PRÉSIDENT DE TERRES DE LAVAUX À LUTRY

Après obtention d’une maturité fédérale en 1970 au gymnase de la Cité à Lausanne, Jean-Charles Estoppey obtient son diplôme de médecin à l'Université de Lausanne en 1977. Installé comme médecin de famille à Cully en 1983, il exerce désormais cette activité à 60% du temps. Depuis 1992, il a en effet partiellement repris le domaine viticole familial à Lutry, l'agrandissant progressivement, modernisant les modes de culture de la vigne, adhérant aux principes de la viticulture intégrée, élargissant l’encépagement. Depuis l’année 2000, il préside Terres de Lavaux à Lutry, avec notamment l'instauration d’une démarche qualité très incitative pour les vignerons, des changements majeurs au niveau de l’image de l’entreprise, une stratégie axée sur la clientèle privée et la restauration, et dès 2013 la mise en pratique d’un concept de viticulture biologique adaptative, non dogmatique et évolutive en fonction des connaissances les plus récentes.

Covid 19, quelques conséquences sociétales

Une vie sociale chamboulée

La Suisse est au ralenti depuis quelques jours, ce qui a et aura des conséquences majeures pour l’ensemble des activités économiques mais pas seulement. Le fonctionnement social est complètement chamboulé aussi avec la fermeture des écoles, de tous les lieux de réunion publics, qu’ils soient simplement conviviaux comme les bars et cafés, ou qu’ils soient gastronomiques, culturels ou de divertissement. Le tout dans une ambiance d’incertitude qui peut être ressentie comme très anxiogène par une partie de la population.

Une solidarité réinventée et de très nombreuses entreprises en péril

Nous devons donc apprendre une nouvelle façon de vivre, chez soi, en famille s’il y a lieu, en limitant les contacts extérieurs, et pour beaucoup dans un espace limité, même si le confinement total n’est pas en vigueur actuellement en Suisse. Ce qui n’exclut pas tout contact avec les amis ou les voisins, si l’on respecte les consignes en nombre de personnes et en distanciation. Et c’est aussi l’occasion de constater la créativité sans limite de beaucoup de citoyens qui imaginent des solutions d’entraide, de soutien, de solidarité de tous ordres. Il ne faut pas non plus oublier les préoccupations, souvent majeures car mettant en cause leur survie économique même, de nombres de petites entreprises, de PME, d’indépendants et parmi eux de vignerons, déjà grandement fragilisés par la situation très inquiétante du marché viti-vinicole en Suisse.

Pour les personnes fragiles psychologiquement pour différentes raisons, cette situation pourrait être difficile à supporter et générer de grandes souffrances, qu’elles soient sous forme d’angoisse, de dépression voire de décompensations diverses.

Et l’automédication par une consommation excessive d’alcool risque d’être pour ces personnes un recours facile d’accès d’autant que le soutien médical sera probablement en grande partie axé sur les soins somatiques liés à l’épidémie en cours.

L’adage qui dit que le vin est un excellent produit mais pas un bon médicament est donc d’une actualité brûlante.

Mais toute convivialité n’est pas bannie dans les circonstances actuelles, et partager une bonne bouteille avec quelques proches (maximum 5 !), adultes bien sûr, voire, en gardant les distances recommandées, reste une excellente option pour garder le moral !

Dr Jean-Charles Estoppey

Médecin de famille et vigneron

Président de Terres de Lavaux à Lutry

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."