Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership.

Pour une responsabilité digitale et citoyenne

La révolution digitale en cours concerne à la fois l’intelligence artificielle, la société de la connaissance et des réseaux, l’accès à l’information, l’immédiateté, l’ubiquité, la protection des données et la cybersécurité. Comme l’a dit l’anthropologue et ethnologue Claude Lévi-Strauss, « chaque progrès donne un nouvel espoir, suspendu à la solution d'une nouvelle difficulté. Le dossier n'est jamais clos ».

Les philosophes ont montré que le progrès, en soi, n’est pas immoral mais que ses applications doivent se faire en conscience et s’inscrire dans le cadre d’une société humanisée et de la responsabilité citoyenne.

L’exemple de Spotify

Il y a une forme d’ambivalence dans la révolution digitale. Les effets bénéfiques du progrès côtoient en permanence ses effets néfastes, or le primat de la science est d’avancer main dans la main avec la conscience. A titre d’exemple, nous pouvons opposer, d’une part, l’extraordinaire apport à la recherche, à la découverte et au plaisir musicaux qu’offre une plateforme comme Spotify (fabuleux) à la diffusion instantanée de fake news ou de décapitations par Daech sur les réseaux sociaux (sinistre). La lumière et l’ombre. Autrement dit, la révolution digitale comporte à la fois des avancées majeures – dans la biotechnologie, la santé, la finance, les technologies de l’intelligence, les nanotechnologies, et la gestion des big data – et des dérives majeures – dans la cybercriminalité, le dark web, la diffusion de fausses informations, les addictions psychiques et l’anonymisation des acteurs. L’enjeu consiste à réguler la digitalisation et à en responsabiliser ses acteurs.

L’immatérialité illimitée des nouvelles technologies a pour conséquence de rendre difficile, voire impossible, une connaissance maîtrisée de l’ensemble des données digitales. Les savoirs sont prolifiques, exponentiels et éparpillés. A l’heure actuelle, des start-ups émanant du CERN à Genève se concentrent sur la mise en réseau instantanée et universelle de l’état de la connaissance scientifique à un instant T dans des domaines particuliers (exemple : accès à des publications de nature académique sur la nanotechnologie ou la montée des océans). Autrement dit, comment aider à trouver de la qualité plutôt que de la quantité, et privilégier la réflexion plutôt que la réaction ! Et il y aura, parmi ces chercheurs, le nouveau Tim Berners-Lee, l’inventeur du World Wide Web dans les années 1990, lui aussi venant du CERN !

La liberté de parole et le droit à l'expression et à la diffusion comportent surtout, et même avant tout, un devoir de responsabilité citoyenne. En effet, à partir du moment où un individu décide d'entrer dans l'espace public digital et de diffuser du contenu, il devrait assumer son identité en toute transparence. Il en va de l'information comme des droits de l'homme: à quoi sert-il de proclamer des droits humains universels sans les accompagner des devoirs humains ?

Dans son livre Pour une responsabilité digitale. Innovation & Progrès (2018), Lina Alami énumère trois principes pour que la digitalisation en cours soit facteur de progrès en évitant les dérives destructrices et négatives:

  • Le principe de précaution. Nous devons apprendre à être vigilants et critiques en posant les questions pertinentes sur les effets des applications avant de les développer.
  • Le principe de réparation. Nous devons corriger et prévenir les scénarios négatifs dès que nous en observons les effets pervers ou inopportuns.
  • Le principe de transparence. Nous devons agir en tant que citoyens responsables et avertis, et rendre pertinentes, utiles et claires les informations que nous diffusons, en bannissant toute forme d’anonymat.

 A bon entendeur !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."