Jerome Koechlin

SPÉCIALISTE EN COMMUNICATION ET EN MANAGEMENT

Jérôme Koechlin, spécialiste en communication et en management et enseignant au Médi@LAB de l’Université de Genève, analyse et met en perspective dans son blog les enjeux de la communication moderne et du leadership. Il est membre de la Fondation Aventinus et Responsable Communication chez REYL & Cie.

Etes-vous un leader authentique?

Pour avoir la capacité de motiver et d’inspirer les autres, quel que soit le niveau hiérarchique, il faut d’abord apprendre à se connaître soi-même pour être un leader authentique.

Il n’y a certes pas de leader idéal, en dépit des nombreuses études et recherches à ce sujet. Ayant conseillé de nombreux dirigeants dans le monde politique, économique et médiatique, et continuant à le faire, ma conviction est qu’il y a certainement autant de profils de leaders que de leaders, et qu’à la lumière de ces circonstances, mieux vaut développer un leadership authentique.

Une récente étude de la Harvard Business Review (« Découvrir son leadership authentique », B. George, P. Sims, A. Mclean et D. Mayer, avril-mai 2020) souligne que nous avons besoin de dirigeants d’un genre nouveau au XXIe siècle, plus en phase avec leur moi: les leaders authentiques. Ils aiment ce qu’ils font et y mettent de l’engagement et de la passion, ils ont des principes qu’ils appliquent à chaque instant, ils gèrent leurs équipes tant avec la tête qu’avec le cœur, et, surtout, ils savent qui ils sont. Autrement dit, leur authenticité les révèle et les rend efficaces et suivis.

D’ailleurs, le leadership n’est pas réservé aux dirigeants: chacun a l’étincelle du leadership en lui. Le défi est de bien se connaître soi-même, comme l’a défini Socrate, pour que notre leadership s’épanouisse au service des autres, qu’ils soient subordonnés, pairs, dirigeants ou tiers. Ainsi, un leader authentique va s’appuyer sur les sept éléments suivants pour affermir son style:

Sa propre histoire. Un leader authentique sait faire le récit de sa propre vie, à la fois pour trouver son inspiration et pour avoir un impact sur ses activités et ses équipes. Cela s’approche de la psychanalyse car il faut accepter parfois de revisiter son passé, ses échecs, ses douleurs et ses traumatismes qui sont en réalité fondateurs de sa propre identité. Le récit narratif d’un leader permet de comprendre comment il a surmonté les obstacles.

Le moi. Un leader authentique doit se connaître soi-même, intimement, en osant l’exercice d’introspection régulière. Ceci demande du courage, de l’honnêteté, de la lucidité, du discernement et de la bienveillance pour pouvoir être la personne que l’on veut être. Cela permet également d’accepter le feedback et la critique, en les rendant constructifs.

Les valeurs. Un leader authentique met ses valeurs en pratique. Cela ne sert à rien d’énoncer des grands principes ou des valeurs cardinales sans les avoir testés et éprouvés dans des situations de crise. C’est en effet la difficulté qui révèle le leadership authentique. Churchill par exemple n’a jamais caché ses faiblesses, mais il se connaissait très bien et n’a jamais renié ses valeurs, notamment au plus fort de la guerre en mai 1940, quand ses proches conseillers, dont l’ancien premier ministre Chamberlain (!), le sommaient de négocier avec Hitler.

Les motivations. Ce type de leader sait maintenir un bon équilibre de vie. Ses motivations extrinsèques – succès financier, reconnaissance du secteur, crédibilité et performance du modèle d’affaire – doivent être en harmonie avec ses motivations intrinsèques – développement personnel, soutien à une cause sociale, engagement citoyen. Le bonheur et l’épanouissement se trouvent dans cette harmonie, insensibles aux sirènes du pur matérialisme.

L’équipe. Un leader authentique ne peut diriger seul. Il doit savoir s’entourer d’une équipe compétente, empathique, autonome, critique, libre d’esprit, et très complémentaire. Il crée une dynamique d’équipe et un esprit de corps qui permettent de traverser les tempêtes ou de célébrer les succès avec la même confiance et la même assertivité. De fait, il instaure un climat bienveillant et encourage une culture du feedback, positif ou négatif, mais toujours constructif.

La stabilité. Il n’y a rien de plus déstabilisant pour des collaborateurs qu’un leader lunatique, à l’humeur changeante, et irritable. Ceci crée un environnement anxiogène qui peut s’avérer très perturbant. Un leader authentique a une présence stable, qui fait grandir confiance et engagement autour de lui. Pour cela, il faut prendre soin de son esprit et de son corps, passer du temps avec sa famille, ses amis, et accorder du temps à ses passions.

Les moyens d’agir. Ce type de leader sait déléguer son autorité auprès de ses équipes pour les motiver, sans plafond de verre, en développant des relations de confiance. Ceci permet de libérer les énergies et d’augmenter le degré de motivation des collaborateurs. Dans ce contexte, 1+1=3. En effet, disposer de leaders autonomes à chaque niveau de l’entreprise est un atout considérable en matière de performance et d’efficacité.

J’ajouterai à cette étude l’importance d’être un leader communicationnel, c’est-à-dire de comprendre et de pratiquer une communication impactante, pour partager, convaincre et séduire. C’est également dans l’acte de communication que se révèle l’authenticité. Notre capacité de résonance, c’est-à-dire de lire les expressions des visages et d’observer les états des uns et des autres de manière rapide et subtile, nous fait percevoir inconsciemment la véracité et l’authenticité ou non d’un leader. Shakespeare, grand maître de la psychologie humaine, disait déjà: «qui veut paraître ne peut être»... Si William le dit!

    Du même auteur

    Les newsletters de Bilan

    Le cercle des lecteurs

    Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info


    Image Footer

    "Tout ce qui compte.
    Pour vous."