Strobinofabrice

ANALYSTE CHEZ ANALYSES & DÉVELOPPEMENTS IMMOBILIERS

Diplômé de l'Institut d'études immobilières (IEI), Fabrice Strobino est architecte universitaire et chef de projets immobiliers chez Analyses & Développements Immobiliers depuis 2003. Il a en outre suivi le cursus de l'AZEK pour les gérants de fortune. Fort d'une expérience de plus de 4000 expertises pour de grandes banques, il est membre de l'Association des promoteurs et constructeurs genevois (APGC) et membre de la Chambre suisse des experts immobiliers (CEI).

Immobilier: où placer ses avoirs?

Force est de constater que personne ne sait plus où placer son argent !

En période d’incertitudes, la sécurisation de ses avoirs et le rendement restent une quête permanente et ardue. Les milieux financiers vantent une Amérique en pleine (re)croissance. Mais qui, clairvoyant, voudrait investir toujours plus chez un débiteur qui n’a aucune volonté d’éponger, même une partie de ses dettes? C’est le cas aussi de tout le Sud de l’Europe, Grèce en tête. Une envie d’acheter des obligations ? Les taux d’intérêts sont au plus bas et ceux de la BNS sont même négatifs.

Reste alors la bonne vieille pierre, valeur refuge contre les tourments politiques et économiques. Mais dans quel secteur investir? Le commercial, l’industriel ou le logement répondent à des attentes bien différentes.

Si les deux premiers peuvent être détenus par des étrangers, seuls les logements sociaux peuvent l’être. Cependant, les procédures pour l’obtention d’une autorisation de construire sont trop lentes et la délivrance se fait en décalage du marché.

De nombreux commerces arrivent maintenant sur le marché, visant une clientèle aux moyens conséquents. Ils ne correspondent plus aux nouvelles données économiques, notamment liées à l’abandon de l’ancrage du franc suisse sur l’euro. Le nombre d’arcades vacantes a atteint un record, et les entreprises réduisent leurs surfaces.

Pour l’industriel, Genève peine à sortir de la définition ancestrale de la forge et du carrossier. De ce fait, la diminution naturelle de cette activité depuis les années soixante ne se renouvelle pas. Les terrains nus sont rares. Ceux du centre ville viennent de disparaître pour permettre l’éventuelle construction du grand secteur du PAV. Mais à Satigny, Meyrin ou Vernier, les nouveaux occupants ne se ruent pas. En effet, qui voudrait installer son entreprise si loin de la rive gauche, alors que l’autoroute de contournement est toujours saturée et qu’il n’y a pas d’autres moyens de rejoindre l’autre rive?

Pour le logement, le nombre de nouveaux objets mis sur le marché reste anecdotique, les procédures enlisant toute velléité créatrice sur 10 ans au moins. Dans l’existant, les taux d’intérêts auxquels sont proposés les immeubles restent en dessous de 4% net. Ceci ne permet pas de rendre viable à long terme la possession immobilière et de couvrir les charges non répercutables.

Alors où placer ? L’immobilier reste un bon vecteur, mais pas à n’importe quel prix, et selon l’adage : situation, situation et situation !

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."