Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

HISTOIRE/ Dufour entre à la Bibliothèque de Genève

Il existe des expositions discrètes, voire secrètes. Celle que la Bibliothèque de Genève (BGE) consacre à Guillaume-Henri Dufour à l'Espace Ami-Lullin tient du clandestin. Il faut vraiment chercher pour la trouver sur le site de l'institution, qui parle soit d'une soirée, soit d'une prolongation jusqu'au 1 avril. Quand je pense au nombre de gens y travaillant dans la médiation, je me pose quelques questions. Mais sans doute ai-je l'esprit mal tourné. Toujours est-il que les livres et les objets resteront visibles trois vendredis de suite, ce 10 avril, le 17 et le 24. Les personnes intéressées devront viser d'autant plus juste que l'entrouverture ne se fera que de 14 à 18 heures. 

La présentation n'en marque pas moins un événement important, d'où cet article. La Fondation Dufour a déposé ses archives à la BGE. Un moyen de mieux connaître un des personnages cardinaux de la la Genève protestante. Rappelons que Dufour, né en 1787 et mort en 1875, fut à la fois militaire, cartographe, architecte, ingénieur et cofondateur de la Croix-Rouge. Je vais en parler ici avec Alexandre Vantautgaerden, directeur de l'institution et Barbara Roth, conservatrice des manuscrits. 

Pourquoi d'abord une exposition aussi peu indiquée?

Barbara Roth. L'idée était au départ d'organiser une soirée, le 24 mars. Elle devait comporter quatre vitrines avec des pièces tirées du dépôt Dufour, consenti par la Fondation créée en 2000 par Olivier Reverdin. L'homme était le descendant, par une de ses filles, du général. L'idée a ensuite évolué. Quatre vitrines, ce n'était pas assez. Nous sommes passé à treize. Il fallait bien cela pour se montrer représentatif d'un homme aussi universel. La soirée a donc eu lieu le 24. Les responsables actuels exerçant une des activités de Dufour à l'époque sont sont exprimés. C'était vraiment très réussi. Très chaleureux. Nous avons du coup décidé de prolonger cet accrochage jusqu'au 1 avril, puis trois vendredis après Pâques. 

Quel est l'actuel statut de ces archives comprenant aussi bien des manuscrits, parfois classés dans des albums, qu'une bibliothèque complète et des objets souvenirs?

Alexandre Vanautgaerden. C'est assez compliqué. La Fondation a été institué par Olivier Reverdin octogénaire juste avant sa mort. Sa veuve, devenue centenaire, lui a survécu treize ans. Il s'agissait de ne pas bouleverser ses habitudes. Elle nous avait délégué tout ce qui tenait aux consultations et aux prêts. Il y avait néanmoins, dès le départ, l'idée d'une intégration au patrimoine genevois. Le nom de la Bibliothèque figure dans les statuts. Nous devions l'accueillir en tant que dépôt.

Barbara Roth. Madame Reverdin est morte durant l'été 2014. Il a fallu vider son appartement, rue des Granges. Un gros travail, même si tout était bien rangé. L'autorité de surveillance des fondations a suggéré cette forme juridique. Le dépôt peut se muer en don. La Fondation n'en continuerait pas moins à exister. 

Qu'y a-t-il exactement dans ce fonds?

Barbara Roth. De tout. Il y a environ quatre mètres linéaires d'archives, plus 2000 livres. Ceux-ci se situent parfois à la limite du manuscrit. Guillaune-Henri Dufour annotait énormément. Avec politesse. Il ne corrigeait pas vertement les auteurs, à la manière d'un Voltaire. Il se contentait de rectifier. A cet ensemble, il faut joindre des centaines d'images, parfois posthumes comme celles touchant à l'enterrement et à l'érection d'une statue équestre dix ans sur la Place Neuve après le décès du général. Quelques objets sentimentaux s'y ajoutent. J'ai ainsi mis dans une vitrine un portrait brodé en uniforme, sans doute exécuté par une admiratrice.

Alexandre Vanautgaerden. Une telle relique montre l'impact du personnage. Guillaume-Henri Dufour a mené une guerre qu'il ne voulait pas contre des Confédérés catholiques en 1847. Il a tout fait pour éviter le bain de sang. Il a ainsi acquis une autorité morale, qui lui a permis de parrainer la jeune Croix-Rouge, inventée par un exalté généreux du nom Henry Dunant. Il fallait rappeler ici ce rôle. On limite aujourd'hui trop la naissance de la Croix-Rouge à Henry Dunant et à Gustave Moynier. 

Si vous deviez choisir un objet, lequel serait-il?

Barbara Roth. J'ai me suis passionnée pour la lecture de sa correspondance avec le futur Napoléon III. Dufour a été le professeur du jeune Louis-Napoléon Bonaparte à l'Ecole militaire de Thoune. Ils sont restés en contact toute leur vie. L'empereur trouvait le temps d'écrire lui-même des lettres à son mentor. Ce contact n'a pas été inutile pour la Croix-Rouge. 

Y aura-t-il un livre?

Alexandre Vanautgaerden. Il faut d'abord inventorier l'ensemble scientifiquement. Des restaurations s'imposent, dont celle du buste de Dufour par James Pradier. Nous travaillons actuellement sur une exposition permanente qui occuperait l'Espace Ami-Lullin. Elle serait consacrée aux grands Genevois, dont Dufour fait bien entendu partie. Si l'exposition serait permanente, il va cependant sans dire que les objets la composant se verraient périodiquement renouvelés. Cette exposition supposera la publication d'un gros volume.

Pratique

«Le général Dufour prend ses quartiers à la Bibliothèque de Genève», BGR, Espace Ami-Lullin, Parc des Bastions. Tél. 022 418 28 00, site www.bge-geneve.ch Ouvert les 10, 17 et 24 avril de 14h à 18h. Photo (BGE): Autographe avec la signature de Guillaume-Henri Dufour.

Prochaine chronique le samedi 11 avril. Le Nigeria revient au Musée Barbier-Mueller genevois.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."