Bernard Radon

DIRECTEUR GÉNÉRAL DE COACHING SYSTEMS SARL

"Il y a chez Bernard Radon une quête perpétuelle pour comprendre les mécanismes de la stratégie et du management. Mais comment s’y prend-t-il pour coucher sur papier ce foisonnement d’expériences d'accompagnement de cadres et de cadres dirigeants? Je crois qu’il s’amuse à noter ses idées sur un petit calepin imaginaire. Il les transcrit ensuite sur des petits morceaux d’étoffe qu’il range soigneusement dans une boîte. Et quand le besoin de publier se fait pressant, il les sort, les trie, les arrange et enfin les coud soigneusement les uns avec les autres pour en faire un patchwork très ordonné dont l’image est non seulement cohérente, mais aussi d’une pertinence logique qui interpelle ses lecteurs. Il dit d’ailleurs en substance dans ses différents livres que l’on apprend à connaître son environnement par touches successives, comme si on reliait entre eux les morceaux d’un vaste puzzle. Au final, après avoir pris du temps, acquis et comparé toutes nos connaissances, c’est l’image d’ensemble qui se dégage: les organisations humaines dans toute leur complexité".

Google, une machine à recruter

En inversant le processus de recrutement, Google attire spontanément des candidats à fort potentiel créatif. Le challenge des RHs est de sélectionner, sans faux pas, des ingénieurs extravertis, créatifs, aimant le travail en équipe, lors d'un processus qui ne doit pas dépasser cinq entretiens.

Alors comment Google s'y prend-t-il ?

Pour William Poundstone, l'auteur de "Êtes vous assez intelligent pour travailler chez Google ?", dans la plupart des entreprises, les informations sur un candidat arrivent en ordre dispersé. A l'inverse, Google rassemble toutes les informations disponibles sur un candidat avant de les présenter aux responsables des décisions. L'incarnation de cette philosophie est le "pack" : un dossier de 40 à 50 pages. Ce pack est une biographie contenant toutes les informations que Google a réussi à trouver sur le candidat. Il contient les notes de fin d'études, le CV, les travaux personnels, les informations tirées d'internet et des réseaux sociaux…

Mais là ne tient pas la force essentielle de Google

Traditionnellement, les recruteurs posent aux candidats des questions du type "comportemental". Elles commencent par "parlez-moi d'une situation où…?" ou, plus cliché, "quel a été le plus grand échec de votre vie ?".

Il existe aussi des épreuves pratiques de mise en situation où les candidats doivent faire la démonstration de ce qu'ils savent faire. Enfin, d'autres recruteurs s'attachent à la densité existentielle des candidats (Stéphane Haefliger dans le journal 24 Heures du 16 mai). D'après W. Poundstone, si précieuses soient-elles, ces techniques d'entretien ne mesurent pas (ou peu) la capacité d'innovation.

C'est pourquoi, le style des entretiens chez Google s'inspire de traditions anciennes consistant à utiliser des énigmes logiques. Par exemple : "Vous rapetissez jusqu'à la taille d'une pièce de 5 centimes et vous êtes projeté dans un mixeur qui démarre dans 60 secondes. Que faites-vous ?" Voir réponse page 30, mais assurez-vous, il n'y a pas de bonne ou de mauvaise réponse, mais une créativité logique testée par les recruteurs de Google qui en ont fait une marque de sélection. Bien entendu, Google ne recrute pas que des ingénieurs sortis de l'EPFL.

Ce livre s'adresse aussi aux candidats qui veulent comprendre un processus de sélection exigeant décrit depuis l'intérieur.

Poundstone (W) Etes-vous assez intelligent pour travailler chez Google? Questions pièges, casse-tête métaphysique, énigmes impossibles et autres techniques d'entretiens pour trouver un emploi dans la nouvelle économie.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."