Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Xippas montre les appropriations de Vik Muniz

Crédits: Vik Muniz/Site de la galerie Xippas

Il plaît à tout le monde, sans devenir consensuel pour autant. Les images de Vik Muniz, que les Suisses ont découvertes il y a bien longtemps à «Art/Basel», puis à l'Elysée (pour Lausanne, c’était en 2000...), fascinent le spectateur. Il se retrouve face à un mirage. De quelle manière ces compositions, qui reprennent souvent des tableaux célèbres ou le portraits d'actrices du passé, sont-elles faites? Si le cliché, vu de loin, semble la reproduction fidèle d'une réalité connue, il se révèle bien composite contemplé de près. Il y a du Caravage à la sauce tomate ou des Jocondes en confiture. Le comble de l'artifice est sans doute atteint par les photos célèbre,s faites reconstituées avec des débris de vieilles photos anonymes, comme on a pu en voir à Arles en 2014. 

A 54 ans, le Brésilien reste un fidèle pensionnaire des galerie de Renos Xippas. C'est la seconde fois qu'il se retrouve grâce à lui, dès ce soir, à Genève. Il y a là des œuvres d'époques différentes. Elles illustrent une sorte de surenchère progressive dans la virtuosité. Les stars faites de petits diamants, disposés avec de minuscules instruments (pinces, brucelles...) sur la table de l'artiste, semblent encore simples en regard des «Demoiselles d'Avignon» en morceaux de puzzle ou de la vague formée d'une infinité de couches de papiers colorés. «Pour les Sud-Américains, peu collectionneurs de photographie, ces grandes épreuves deviennent des sortes de sculptures, en dépit de leur absence de relief», explique Pierre Geneston, en charge des (car le deuxième est pour tout bientôt) espaces genevois de Xippas.

Une petite table comme atelier 

L'interrogation récurrente porte bien entendu sur les procédés utilisés. Eh bien, quand Vik ne travaille pas dans un immense hangar rempli d'objets de récupération, dégottés pour lui par des chiffonniers (1), tout se passe sur un plateau minuscule. En dépit de leurs innombrables détails, souvent perturbants, les créations de l'homme sont très agrandies lors du tirage en laboratoire (six épreuves, plus quatre pour l'artiste). Il y a donc un jeu constant sur l'échelle. Sur la profondeur aussi. «Ses imitations de Fontana, où il reprend les toiles lacérées de l'Italo-Argentin, sont en réalité plates. Muniz utilise des poudres sombres pour simuler l'ombre des fentes.» 

Il y a donc aussi des poudres colorées chez Vik Muniz. Elles reproduisent ici jusqu'aux «Peupliers» de Monet. On pourrait parler d'«appropriation», pour reprendre un terme désignant une pratique à la mode. Le Brésilien a cependant le tact de s'abstenir de tout discours intellectuel, genre Sherrie Levine, dont les idées conceptuelles m'ont toujours paru d'un profond ennui. Il s'agit visiblement pour lui d'une partie de plaisir. Un signe le prouve. L'homme n'arrête pas de travailler. Avec ses mains. Le premier tome de son «catalogue raisonné», qui s'arrête en 2009, semble déjà énorme. Et il y aura bientôt un second volume.

(1) Une série, vendue ensuite à leur profit, met ainsi en scène des chiffonniers de la décharge de Rio.

Pratique

«Vik Muniz, Pictures of America», galerie Xippas, 6, rue des Sablons, Genève, du 14 janvier au 5 mars. Tél. 022 321 94 14, site www.xippas.com Ouvert du mardi au vendredi de 14h à 19h, le samedi de 12h à 17h.

Photo: Un Vik Muniz s'inspirant de Warhol. L'image est faite de clous.

Ce texte intercalaire accompagne celui sur les Bains, situé juste au-dessus.

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."