Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/TMproject présente Gilles Porret au Port Franc

Beaucoup de gens imaginent les Ports Francs de Genève comme une immense caverne d'Ali Baba aux murs recouverts d'or et aux coffres remplis de trésors, si possible spoliés. Il faut dire qu'une certaine presse aide à répandre cette opinion. Il existe cependant une grosse partie «en douane» de ces bâtiments un peu sinistres des Acacias. Certains galeristes viennent s'y mettre non pas hors des lois, mais à l'écart des loyers pratiqués aux Bains. Ces derniers ont encore pris l'ascenseur. Certains baux se traitent à près de 500 francs le mètre carré par an. Faites la multiplication, et vous verrez! 

Ainsi en va-t-il de TMproject, qui a ainsi rejoint au troisième étage du Bâtiment A les locaux de Simon Studer, Sandra Reccio quittant les lieux pour tenter l'expérience des Bains. La dernière fois que je vous ai parlé de Tracy Müller (TM) et de son associé Cyril Kerr, ils se trouvaient encore rue des Vieux Grenadiers, dans un local aujourd'hui occupé par Laurence Bernard (BTW). Le couple loue aujourd'hui une pièce sans fenêtres aux Ports Francs, qui lui sert de lieu d'exposition et de dépôt. «Nous avons ailleurs des bureaux, afin de suivre nos artistes et nos collectionneurs», précise Cyril qui se déclare très heureux de cette nouvelle manière de travailler. «Peut-être referons-nous un jour des foires.»

Visite sur demande 

Pour le moment, Tracy et Cyril présentent donc leurs artistes au troisième étage. Un endroit plutôt difficile d'accès pour le néophyte. Il n'y a même pas de nom inscrit sur les boîtes aux lettres, en bas de l'immeuble. «Nous commençons par un vernissage public. Nous sommes ensuite ouverts du mardi au vendredi, mais uniquement sur demande. Il suffit de nous téléphoner ou de nous envoyer un mail.» Pour Gilles Porret, qui succède ici à Laurent Faulon, il y aura cependant une seconde soirée. «Ce sera quand le livre sortira», explique l'artiste. Un ouvrage qui demeurera lui aussi très discret. «Il sera obtenable par souscription. Il n'y aura pas de vente en librairie.» 

Mais que montre au fait Gilles Porret, 53 ans, dans une chambre et un corridor du Port Franc, lui qui a déjà été présenté aux Bains par Tracy Müller? Des disques. De bons vieux vinyles, qui reviennent aujourd'hui en grâce. Mais attention! Il s'agit aussi et surtout de peintures. «J' achète ces 33 tours aux Puces ou dans les brocantes», explique leur modificateur. «Je les écoute pour m'en inspirer ensuite. Comme ils sont déjà anciens, ils évoquent pour moi des souvenirs. La radio. Les discos.» Une couche de couleur et les voilà promus tableaux. Ronds. Un format qui a toujours intéressé Gilles Porret. «Il y a là un rappel du tondo des primitifs italiens. Dans beaucoup de mes œuvres, je laissait le rond découpé et vide. Ici, il s'agit de le remplir.»

Des titres en couleurs

Et avec quoi? En appliquant une teinte monochrome, certes, mais aussi en traçant des mots. «Les titres choisis entretiennent tous un rapport avec la couleur. Il y a du blue, du black, du yellow et du red.» Une mélodie se voit ainsi suggérée. «Deep Purple». «Yellow Submarine». «Paint Is Black». Ce sont en fait des œuvres «chargées d'une histoire qui n'est pas entièrement la mienne" Elle demeure en dépit de l'effacement du son. Aucun rapport, en effet, avec les travaux de Christian Marclay, artiste et musicien ayant souvent passé par Genève. 

Actuellement constituée de 45 galettes, cette série reste en progression. Elle a été présenté pour la première fois, sous une autre forme, à la Fondation Moret de Martigny. «Tracy Müller l'a bien aimée. Cyril aussi. Ils ont pensé qu'on pouvait faire quelque chose au Port Franc, avec une publication à la clef.» Celle-ci tarde un peu. L'exposition se verra en conséquence (sans doute) prolongée de quelques semaines. L'idée de Tracy et de Cyril reste bien de présenter cinq ou six de leurs artistes par an.

Pratique 

«Gilles Porret, Picture Disc», TMproject, Ports Francs, Bâtiment A, 3ème étage, 4ter, route des Jeunes, Genève, jusqu'au 30 mai. él. 079 658 04 26, site www.tmproject.ch mail naomi@tmproject.ch, du mardi au vendredi. Photo (DR) : les disques métamorphosés par Gilles Porret.

Prochaine chronique le mardi 12 mai. Un livre sur les Grottes, à Genève, et diverses publications récentes.

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."