Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Steven Claydon au Centre d'Art contemporain

Jaune avec des barres noires, comme pour un code de paiement ou des statistiques illustrant une progression mathématique, l'affiche reste assez imperméable. A quoi doit s'attendre le visiteur en franchissant le seuil du Centre d'Art contemporain (CAC) genevois? Quelle allures ont au fait les œuvres de ce Steven Claydon, dont Andrea Bellini propose aujourd'hui les «Analogues, Methods, Monsters et Machines», puisque tout se dit mieux de nos jours en anglais? 

Pour le découvrir, ce visiteur n'a qu'à gravir les escaliers (ou emprunter l'ascenseur) de ce Centre qui se situe, au BAC, à l'opposé de son ennemi le Mamco. Chacun sait qu'entre les différents utilisateurs du bâtiment, l'harmonie reste loin de régner. Récemment nommé à la tête du Mamco, où il entrera en fonction en 2016, Lionel Bovier devra y mettre du sien pour accorder la note entre ces divas. Il y va de l'avenir du BAC, qui fonctionnerait par ailleurs mieux après les travaux de réfection qui s'imposent après deux décennies d'utilisation intensive.

L'or comme fil conducteur

Mais revenons au CAC. Pavés de bois, les troisième et quatrièmes étages abritent donc aujourd'hui les œuvres d'un Anglais peu connu sur le Continent, même si la brochure d'explication explique que Claydon a plusieurs fois exposé à Bergen. C'est tout de même loin, la Norvège! Sachez que le plasticien est né en 1969. Il a étudié à la Chelsea Schoool of Art & Design au à Central Saint Martins de Londres. Il s'agit, comme souvent de nos jours, d'un créateur multimédias. Avec ici un sens très large. L'homme s'intéresse en effet depuis longtemps à la musique expérimentale électronique. 

Il y a peu d’œuvres au CAC, présentées devant des sortes de rideaux en plastique brillant, mais elles se révèlent sinon monumentales, du moins de grande taille. L'expression se situe ici à la limite entre la sculpture et l'environnement. Il y a notamment, pour donner un exemple, une grande cage grillagée contenant trois gros fûts dorés avec, au sol, une chose blanche qui pourrait constituer une tête. L'or constitue ici un fil conducteur. «Claydon essaie de soustraire l'or à sa fonction commerciale, reflétant l'usage que les technologies électriques, satellitaires et spatiales font de ce métal», vient préciser à ce sujet un prière d'insérer, venu au secours du public.

Anaximandre et Heidegger

Moins charitablement, le même document inflige ensuite à son lecteur un entretien avec Steven Claydon. Martin Clark y pose des questions presque aussi longues que les réponses, ce qui n'est pas peu dire. Claydon explique sa démarche auprès du gogo en citant le présocratique Anaximandre et le philosophe allemand du XXe siècle Martin Heidegger. «Nous créons des hiérarchies et des taxinomies en considérant la nature équipementale de la matière, et l'on ne peut pas s'empêcher de l'anthopomorphiser. Nous avons une piètre connaissance de la nature auto-devenante des choses», déclare notamment l'artiste. Je ne lui fais pas dire. Faites attention à ce que vos chaussettes ne tombent pas. 

Avec un tel environnement intellectuel, l'exposition, par ailleurs remarquablement mise en scène et éclairée, finit pas tenir du gag involontaire. Le visiteur (rare, j'étais seul pour voir Steven Claydon un dimanche après-midi pourtant pluvieux) a l'impression de voir une parodie. L'art contemporain pour les Nuls, en quelque sorte. Trop de prétentions ont nui à la crédibilité de l'exposition. Le rire, qu'on dit réactionnaire (sans doute parce qu'il s'agit là d'une réaction naturelle), vient couper l'effet voulu. Dommage.

Elitisme cérébral

Dommage aussi pour le Centre, où Andrea Bellini avait commencé par donner plusieurs présentations remarquables. Il serait peut-être temps de se remettre en question. Ce genre d'élitisme cérébral mène droit dans le mur. Et les murs du BAC, en attente des fameux travaux, ne sont pas si solides que ça!

Pratique

«Analogues, Methods, Monsters, Machines, Steven Claydon», Centre d'Art contemporain, 10, rue des Viux-Grenadirs, Genève, jusqu'au 2 novembre. Tél. 022 329 18 42, site www.centre.ch Ouvert du mardi au dimanche de 11h à 18h. Photo (DR): Cette image donnée par le Centre ne correspond pas à l'exposition finale, mais elle en donne tout de même l'idée.

Prochaine chronique le vendredi 16 octobre. L'art de bien vendre selon Artcurial.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."