Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Si si, le Musée d'art et d'histoire a un programme d'expositions!

Crédits: Bettina Jacot-Descombes/MAH

On a souvent reproché au Musée d'art et d'histoire de Genève de ne pas (ou de ne plus) avoir de programme. Serait-ce pour apporter un démenti? Il y a quelques semaines, le MAH a ainsi publié une brochure tout en hauteur, du genre menu de restaurant, pour annoncer les réjouissances prévues entre septembre 2016 et décembre 2017. Cette parution demeure étrangement mince. Huit pages très étirées. Je vais pourtant encore vous la résumer. 

Tout d'abord, le lecteur y retrouve ce qu'il savait déjà. Le MAH lui-même inaugurera «Châteaux-forts et chevaliers» le 7 octobre. Conçu autour de «Frankenstein», «Le retour des ténèbres» débarquera au Musée Rath le 2 décembre. Pour le Rath, les choses s'arrêteront apparemment là. Rien après n'est signalé. J'ignore s'il y aura des adjonctions, vu que le programme se voit diffusé «sous réserve de modifications». Ou alors, il s'y fera encore des travaux, à moins qu'on y accueille, qui sait, des réfugiés. Le MAH a délégué la confection de l'autre exposition de l'année dans ses murs à l'Art Center de Bâle. Il doit y manquer de bras. Prévu du 11 mai au 20 août 2017, «Musées du XXIe siècle» tâtera évidemment le terrain avant que l'on en sache davantage sur l'avenir, toujours plus nébuleux, d'une institution qui ne proposera sans doute rien d'autre l'an prochain.

Les Réformateurs à la Maison Tavel 

Et ailleurs? Bonne surprise pour la Maison Tavel, mise à la diète en 2016. «Faire le mur?» racontera en 125 œuvres l'histoire du Monument des Réformateurs, achevé en 1917. Ce sera du 28 avril au 29 octobre. Le Cabinet des arts graphiques, promenade du Pin, possède, miracle digne de Lourdes, un vrai programme pour l'an prochain. Après le «Gérald Cramer et ses artistes: Chagall, Miró, Moore», qui débutera le 21 octobre prochain et dont je vous ai déjà entretenu, il y aura deux manifestations. Oui, deux! La fête! Du 7 avril au 30 juillet, le Cabinet rendra hommage à Martin Disler, disparu en 1996. Sa veuve a beaucoup donné en 2002, au temps où Rainer Michael Mason était ici conservateur. Du 29 septembre au 7 janvier 2018, les salles accueilleront enfin des «Dessins italiens de la Renaissance», venus en paquet ficelé de Düsseldorf. 

J'arrive presque au bout. Reste encore la Bibliothèque d'art et d'archéologie. Du 21 octobre 2016 au 27 mai 2017, elle se penchera sur «Les catalogues d'exposition». Du 6 novembre 2017 au 28 mai 2018, elle étudiera les «Livres d'artistes et leurs éditeurs, créateurs vaudois». Le programme annonce ensuite quatre colloques dont deux, ô merveille, se dérouleront aux mêmes dates. L'un d'eux se verra inévitablement voué à la déontologie pour les musées, le grand dada du directeur du MAH Jean-Yves Marin. Une page, la septième, préfigure enfin le centenaire de la mort de Ferdinand Hodler en 2018. De la musique d'avenir. C'est loin, surtout après si peu! Je signale cependant que nos chemins de fer fédéraux (CFF) proposent des réductions de prix pour les expositions jugées importantes en Suisse. C'est peut-être l'occasion d'en profiter. 

Photo (Bettina Jacot-Descombes/MAH)): Un mini programme d'expositions en attendant Ferdinand Hodler en 2018.

Texte intercalaire.

 

 

 

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."