Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Piguet propose ses ventes de printemps la semaine prochaine

Crédits: Piguet, Genève 2018

Tout ce qui brille n'est pas or, dit l'adage. Et pourtant... Il peut réellement s'agir du précieux métal. Le lot 187 des prochaines ventes de Piguet, ex-Hôtel des Ventes, a ainsi tout du lingot, en plus sophistiqué tout de même. Il s'agit d'un plat de présentation de E. Silver & Co de Sheffield. L'objet pèse un kilo huit cent grammes. Il se voit estimé entre 45 000 et 60 000 francs. Le catalogue n'indique pas l'origine de ce comble de bling bling. La date de 1977 apparaît cependant identique à celle du numéro 180. C'est là un service en vermeil conçu pour le couronnement de l'empereur de Centrafrique Bokassa. Le dernier sacre du XXe siècle, pour pas dire le dernier sacre tout court. Je ne pense pas que le prince Charles passera par Westminster quand il succédera enfin à sa mère Elizabeth. 

Et autrement, quoi de neuf? Tout d'abord une bonne nouvelle. Il n'y aura pas ce printemps la coïncidence astrale faisant tomber en même temps les vacations de Piguet et de Genève Enchères, ces dernières étant prévues pour avril. Autrement, il s'agira de ce que je pourrais appeler une série courante. Peu d'objets extraordinaires. Aucune collection donnant lieu à une histoire racontable en détails. Le plus étonnant me semble à vue de nez une série de cannes. Deux cents. Un véritable festival de cannes, pour faire un vilain jeu de mots. Il y en aura à pommeau d'or, de porcelaine, de néphrite, de cristal ou simplement émaillées. Les estimations semblent particulièrement douces. Elles se situent en général à moins de 500 francs.

Des milliers de lots 

Nul tableau spectaculaire, un grand dessin de Kees Van Dongen faisant la couverture (entre 40 000 et 60 000). Les amateurs de peinture ancienne courageux pourront s'intéresser à une belle «Sainte Famille» de Lorenzo Sabattini (vers 1530-1576). La photo en couleurs laisse supposer qu'un restaurateur aura énormément de travail (entre 8000 et 12 000). La semaine proposera par ailleurs beaucoup de peinture suisse un peu sage, d'Hans Erni à Albert Schmidt. Elle comprendra de nombreux bijoux et montres. Peu de meubles anciens en revanche. Ils partent aujourd'hui trop difficilement. Un peu de design, plus facile à écouler. Les ventes principales se doubleront comme d'ordinaire d'autres, silencieuses. On en arrive ainsi à 2500 lots environ. Comme chez Koller à Zurich. Bailly et Beuret de Bâle se révèle un peu moins pléthorique. Cela fait tout de même beaucoup de choses à l'encan en même temps dans le pays. Et je ne sais pas tout!

Pratique

Piguet-Hôtel des Ventes, 51, rue Prévost-Martin. Tél. 022 320 11 77, site www.piguet.com Visites les vendredi 9, samedi 10 et dimanche 11 de 12h à 19h. Ventes les mardi 13, mercredi 14 et jeudi 15 mars.

Photo (Piguet, Genève  2018): Le plat en or. 

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."