Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Piguet fête ses dix ans d'enchères en lançant ses ventes d'automne

Crédits: Keystone

«10 ans» en grosses lettres d'or. Piguet, plus sobrement écrit en capitales noires sur le carton blanc. Afin de marquer l'anniversaire de la reprise par Bernard Piguet d'une maison fondée en 1978, et surtout afin d'annoncer qu'elle adoptait désormais le nom de son propriétaire, l'ex-Hôtel de Ventes organisait un cocktail le mercredi 21 septembre. Il suivait une journée de «portes ouvertes» où, derrière des bureaux affichant leur spécialité (inventaires, art asiatique, bijoux...), officiaient des membres de la firme présentant leur département. Une maison d'enchères ne cherche pas que des acheteurs. Il lui faut aussi des vendeurs. 

Beaucoup de monde se pressait dans ce qu'il est difficile d'appeler des salons, Piguet se trouvant un peu à l'étroit dans un sous-sol de Prévost-Martin. Il avait du coup fallu renoncer à montrer tout ce qui se verra dispersé du lundi 26 au jeudi 29 septembre (1). Seule, la salle vouée aux enchères silencieuses, de l'autre côté de la rue, était bourrée jusqu'au plafond de meubles de tableaux et d'objets. Le public invité rassemblait avant tout des notables un brin caramélisés (2). Le gros problème reste de rajeunir le public des enchères, surtout pour les domaines classiques. Le goût et les habitudes évoluent aujourd'hui très vite.

Un discour très officiel 

Le passage des dix ans méritait un discours. C'est François Longchamp (dont j'ai du coup appris qu'il présidait le Conseil d'Etat, on ne peut pas tout savoir) qui prenait la parole. Il faut dire que c'est un habitué de Prévost-Martin. Il a salué l'entreprise, qui porte comme d'autres loin le renom de la ville. Le conseiller a aussi rappelé que l'entreprise faisait désormais travailler 30 personnes, parfois à temps partiel, et qu'elle avait en une décennie augmenté son chiffre d'affaires par vingt. «Quelle autre entreprise genevoise peut en dire autant?» 

François Longchamp a rappelé quelques «highlights», comme on dirait chez Christie's ou chez Sotheby's. Il y a eu la soirée Serge Lifar, celle du précepteur des enfant du tsar Alexandre III ou plus récemment celle d'Henri-Ferdinand Lavanchy, le fondateur d'Adecco. L'Hôtel des Ventes a aussi dispersé le contenu des châteaux de Gingins ou de Hauteville. L'homme d'Etat a ensuite évoqué la vente qui s'était tenue à Genève en 1874. On avait alors mis à l'encan les chevaux et surtout les bijoux du duc de Brusnswick, qui avait légué sa fabuleuse fortune à la Ville. «Elle a alors pu construire le Grand Théâtre et éponger ses dettes.»

Un souhait difficile 

L'orateur a alors souhaité que Bernard Piguet propose un jour une vacation aussi sensationnelle. Pour lui, mais aussi pour Genève que chacun sait endettée jusqu'au cou, voire au-delà. Je me permets cependant de douter. Il faudrait, à mon avis, vendre l'intégralité du contenu des Ports Francs pour ce faire. Je cherche l'approbation d'Olivier Vodoz, qui resta longtemps notre grand argentier, après lui avoir suggéré la chose. Il me semble avoir aperçu un sourire approbateur. Mais il s'agit là d'une interprétation purement personnelle. 

(1) Exposition publique le vendredi 23, le samedi 24 et le dimanche 25 septembre, de 12h à 19h, 51, rue Prévost-Martin à Genève, tél. 022 320 11 77, nouveau site www.piguet.com
(2) Je crains du reste, bien que nullement notable, de faire partie de ces gens.

Photo (Keystone): François Longchamp, qui souhaite à Bernard Piguet une vente fabuleuse permettant d'éponger la dette genevoise.

Texte intercalaire.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."