Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/On colloque dès jeudi sur le dessin italien des XVe et XVIe siècles

Crédits: Cabinet des arts graphiques, Genève 2017

Pas d'exposition sans colloque! Surtout au Musée d'art et d'histoire de Genève (MAH). Vu le peu de présentations temporaires que ce dernier crée, les auditeurs ne risquent pas d'user leurs fonds de culotte sur des bancs. Mais que voulez-vous? Selon mes informations, il ne resterait guère que deux millions pour des manifestation temporaires sur les trente-trois de subvention annuelle que lui alloue la Ville. Certains salaires sont coquets et le loyer de locaux extérieurs (du type Natural Lecoultre) coûtent bonbon dans cette ville où tout se paie plus cher qu'ailleurs... 

Or donc, le Cabinet des art graphiques, dont les forces vives restent sous-utilisées pour la création d'accrochages à partir de ses collections, organise un symposium les jeudi 30 et vendredi 1er décembre. Il s'agira de donner la parole autour de «Idea et inventio, Dessins italiens des XVe et XVIe siècles» On sait que la promenade du Pin abrite en ce moment plus de cent feuilles anciennes venant de Düsseldorf. Peu connues, ces dernières ont été étudiées par Sonja Brink, qui ouvrira les feux jeudi. Le thème tournera alors autour des collections formées par des artistes, allemands comme ici, mais surtout britanniques (Josuah Reynolds, Jonathan Richardson, Thomas Lawrence...) Un propos que compléteront Jan Blanc et Laurence Lhinares.

Français, anglais et italien 

Le 30 toujours, Hugo Chapman du British Museum traitera des dessins à la pointe de métal. Un sujet qu'il connaît bien grâce à un présentation du BM dont je vous ai parlé en son temps. Différents créateurs verront évoqués le lendemain à propos de leurs pratiques. Baroccci. Raphaël. Parmigianino. Mais aussi des gens moins connus comme le Bolonais Amico Aspertini. Tout se terminera en fin de matinée avec une causerie sur «la copie et la réplique dans les débuts du collectionnisme en matière de dessins italiens». Un sujet assez pointu, j'en conviens. Mais le MAH ne peut pas toujours se transformer en gargote à l'occcasdion d'«afters». Il s'agit aussi (j'eus préféré «surtout») un lieu de discours scientifique. 

Les conférences seront parfois en français, mais aussi en italien ou en anglais. Christian Rümelin, à la tête du Cabinet, a cependant voulu éviter l'allemand, bien qu'il soit lui-même germanophone. C'eut été trop demander à ses auditeurs. Tout commencera au MAH le jeudi à 14h pour se terminer vers 20h. Le lendemain, vendredi 1er septembre, les festivités reprendront à 9h pour se clore à l'heure du déjeuner. C'est un colloque plutôt court.

Pratique

Musée d'art et d'histoire, Genève, 2, rue Charles-Galland, Salle de conférences, les 30 novembre et 1er décembre. Tél. 022 418 26 00, site www.ville-gneve.ch/mah Entrée gratuite.

Photo (Cabinet des arts graphiques): Détail du dessin de Bartolomeo Passarotti faisant l'affiche.

Text intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

"Tout ce qui compte.
Pour vous."