Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Les ventes Piguet de décembre ont rapporté 3,7 millions

Crédits: Chu-teh-Chun, photo Piguet

Trois millions sept cent mille. C'est le total des totaux des ventes Piguet de décembre, qui se sont terminées le 16 à la rue Prévost-Martin. Cette fois-ci, rien n'a véritablement explosé. Il reste même, comme souvent de nos jours, un certain nombre d'invendus, surtout dans les petits lots. Certaines choses deviennent difficiles à écouler. Voire impossible, même s'il y aura ici comme ailleurs des «after sales». Le goût connaît en ce moment une forte mutation. 

Le record avait établi, lors de la cession d'automne, par une toile du Chinois de Paris Chu-Teh-Chun (1920-2014). Pas étonnant, dans ces conditions, si l'ex-Hôtel des Ventes proposait le 14 décembre une autre pièce abstraite de l'artiste, plus petite et moins spectaculaire. Avec les échutes, l’œuvre a tout de même rapporté 245 000 francs (1). Il y avait aussi du très beau mobilier chinois. Les prix en ont finalement été raisonnables vu la rareté des pièces en huanghuoli, un bois très précieux. Les deux lots principaux (estimées chacun entre 100 000 et 150 000 francs) n'ont d'ailleurs même pas trouvé d'acquéreur. Une paire de tabourets aux lignes épurées a cependant «fait» 83 000 francs.

A moins de 300 francs 

Que dire d'autre de cette série, où l'horlogerie et la bijouterie ont trouvé leurs amateurs habituels? Que le portrait aux crayons de Liotard, bien qu'insolé et assez usé, a tout de même obtenu 85 000 francs. Il est vrai qu'il a dû être très beau. On n'attendait en revanche que 8000 à 12 000 francs d'une grande toile décorative de Filippo Falciatore (1718-1768). Eh bien cette «Attaque des pirates», venus semer la terreur sur terre, s'est envolée à 83 000 francs. Le Lentulov, supposé réaliser entre 100 000 et 150 000 francs ne s'est en revanche pas vendu. La meilleure affaire, en matière de peinture, a été réalisée par l'acheteur d'une jolie bergerie due à Antonio Beccadelli (1718-1803). Estimée entre 1500 et 2000 francs, ce qui n'était déjà pas cher, elle est partie à 330 francs tout compris.

Comme de coutume, il y a eu des très petits prix pour des objets qu'on qualifie dans ces cas-là «de charme». «800 lots sont partis à moins de 300 francs», précise le communiqué de presse. La chose n'enrichit guère la maison, ni les vendeurs d'ailleurs. Elle contribue cependant à fidéliser le public genevois. Il y a en effet dans ces cas-là peu de téléphones. Les gens sont plutôt dans la salle.

(1) Les prix sont ici donnés tous frais compris.

Photo (Piguet): Le tableau de Chu-Teh-Chun, qui a obtenu cette fois la plus forte enchère avec 245 000 francs.

Texte intercalaire.

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."