Etienne Dumont

CRITIQUE D'ART

Né en 1948, Etienne Dumont a fait à Genève des études qui lui ont été peu utiles. Latin, grec, droit. Juriste raté, il a bifurqué vers le journalisme. Le plus souvent aux rubriques culturelles, il a travaillé de mars 1974 à mai 2013 à la "Tribune de Genève", en commençant par parler de cinéma. Sont ensuite venus les beaux-arts et les livres. A part ça, comme vous pouvez le voir, rien à signaler.

GENÈVE/Les Bains refont leur nuit le 15 septembre. Il y aura de quoi voir!

Crédits: Yves Bélorgey-Xippas

Coup sur coup. Après la Bâtie, les Bains. Voilà qui sent l'automne, une odeur que je n'aime guère. C'est celle qui précède l'hiver, autrement dit la mort. Avec la "Nuit", il ne s'agira pourtant pas des premiers vernissages de la rentrée. Anton Meier a déjà verni le 1er septembre Keith Donovan. Rosa Turestsky a inauguré à la même date Amita Makan. Krisal présente également depuis le 1er septembre la photographe Sylvie Buyssens. «Last but not least», Art Bärtschi & Co a enfin organisé (le 1er septembre toujours) une soirée autour d'Ernest Pignon-Ernest. Je vous en parle d'ailleurs aujourd'hui. Le 6 septembre, autrement dit ce soir, ce sera le tour de Delphine Renault à se retrouver à Halle Nord, avec «Degré zéro». Il y a, comme ça, des titres qui frôlent l'imprudence. Et dès demain (le mercredi 7 septembre, donc), il y aura l'Américain John Chamberlain chez Gagosian.

Qui figurera-t-il au menu du 15 septembre? Un peu trop pour les appétits, comme d'habitude. Skopia montrera Pierre-André Ferrand, un Genevois né en 1952 que l'on tend hélas un peu à oublier. Xippas annonce un beau doublé. Son espace des Sablons sera réservé au sculpteur grec Takis, 91 ans, qui connaît un véritable retour en grâce depuis sa rétrospective au Palais de Tokyo parisien. Celui des Bains sera consacré au paysagiste français Yves Bélorgey. Ce spécialiste de la vue urbaine dégradée révèlera cette fois un quartier plutôt «chicos» de l'Amérique, «Baldwin Hills Village».

De Philippe Favier à Antonio Saura 

Tout près de Xippas, Art Bärtschi & Co amènera dans sa nouvelle galerie en ville Philippe Favier. C'est sans doute l'artiste que Guy Bärtschi  le plus souvent exposé. Environ dix fois. L'Art & Public de Pierre Huber proposera pour sa part une collective placée sous le signe de l'«Insolite». Il y aura là du beau monde, de Cindy Sherman à Steven Parrino en passant par John Coplans. Sa voisine Laurence Bernard se penchera sur des «excavation du futur». Elle seront signées par la Polonaise Angelika Markul. Blondeau sera pour une fois suisse, grâce à Miriam Cahn. On voit peu l'artiste en Romandie. La Bâloise a pourtant eu le Kunsthaus d'Aarau pour elle il n'y a pas bien longtemps. Ceysson invitera Markus Bacher, un peintre entre figuration et abstraction. Patrick Cramer reviendra à Antonio Saura avec quelques «Dames». Rappelons que l'Espagnol, décédé en 1998, a en ce moment une rétrospective à la Fondation Jan Michalski de Montricher. 

Vous vous sentez encore un peu d'énergie? Je continue. Roman Signer, un plasticien très Pro Helvetia, sera au Centre de la photographie. Le Centre d'art contemporain, au BAC, lancera ce soir-là les «Bourses de la Ville de Genève 2016». Le Centre d'édition contemporaine fera place nette pour le Valaisan Valentin Carron et son «Une main, cinq doigts». Andata Ritorno, qui célèbre ses 35 ans en 2016 et j'y reviendrai, aura fait venir Bill Culbert, 81 ans. Un génie néo-zélandais des lumières. Ce vétéran refera à Genève son «Central Station» en «revisited». Mezzanin invitera Thomas Bayrle, né deux ans plus tard que Culbert, en 1937. Il a très tôt acclimaté le «pop art» américain à l'Allemagne.

Vidéaste et vidéos 

Je sens que vous aller flancher. Il y a pourtant une suite. Hard Hat proposera Camille Aleña. Une vidéaste. La Médiathèque du FMAC nous demandera d'être partie prenante d'autres vidéos avec «Be Part of». Davina Semo sera chez Ribordy. Konstantin Sgourdis s'installera chez Quark. Alexandre Mottier, qui a repiqué du vif, nous invitera à des «Paradis artificiels» en compagnie de Marcel Maeder. Je sais. Cela fait beaucoup pour trois petites heures de visite, même si Jancou a disparu de la liste. Je me suis laissé dire qu'il fermerait boutique (1). Il ne faudra pas trop vous attarder au Café des Bains et chez Birdie's, qui ne font pas partie de mes fréquentations. La culture est après tout une affaire d'endurance. On voit aussi avec ses pieds. Après tout, j'écris bien avec les miens.

(1) Celle de Mitterrand & Cramer, rue des  Bains, reste toujours à louer.

Pratique

Quartier des Bains, jeudi 15 septembre dès 18 heures. Fermetures autour de 21 heures. Site complet www.quartierdesbains. 

Photo (Xippas): L'exposition d'Yves Belorgey, qui a passé des banlieues européennes à un quartier de villas américaines.

L'article est immédiatement suivi par une visite à l'exposition Ernest Pignon-Ernest chez Art Bärtschi & Co, route des Jeunes.

Prochaine chronique le mercredi 7 septembre. Les Cinémas du Grütli rendent hommage à Ettore Scola, mort en 2016.

 

 

Du même auteur

Les newsletters de Bilan

Le cercle des lecteurs

Le Cercle des Lecteurs est une plate-forme d'échanger sur tout ce qui touche votre magazine. C'est le reflet de vos opinions, et votre porte-parole le plus fidèle. Plus d'info

Image Footer

"Tout ce qui compte.
Pour vous."